Nouveau gouvernement : Des listes des ministrables proposées par les députés

Jacaranda
Des députés vont quitter Tsimbazaza pour intégrer le nouveau gouvernement.

Les tâches du président de la République et du Premier ministre ne seraient pas faciles à cause des pressions à peine voilée des députés et des associations régionales.

La formation du nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre reconduit Ntsay Christian, ne devrait pas tarder car si l’on veut maintenir la proposition de calendrier des Communales avancée par la CENI, le décret de convocation des électeurs doit être pris cette semaine. Or, un gouvernement démissionnaire, chargé uniquement d’expédier les affaires courantes, n’est pas habilité à prendre ce décret. D’après nos sources, la nouvelle équipe gouvernementale sera mise en place au plus tard demain. A l’Assemblée nationale, la déclaration faite par la femme au perchoir Christine Razanamahasoa selon laquelle, des députés devraient intégrer le prochain gouvernement , semble faire des échos. On a appris hier que des groupes parlementaires dont l’IRD et ceux regroupant les indépendants ont proposé des listes des ministrables au président de la République et au Premier ministre. « En France, une démocratie que nous considérons toujours comme référence, la plupart des membres du gouvernement sont des députés ou des maires, ou des députés-maires. Cela garantit la représentativité du gouvernement. », souligne le député indépendant élu dans le district de Morafenobe Voninahitsy Jean Eugène

Equilibre et représentativité. A Tsimbazaza, on cherche à véhiculer que la composition de la future équipe gouvernementale devrait refléter l’équilibre régional. Un critère qui semble difficile à tenir compte pour la formation d’un gouvernement de 22 membres. Avec ce nombre réduit des membres du gouvernement et si l’on tient compte de ce critère d’équilibre régional, chaque région aura un ministre. Dans ce cas, le critère de compétence et d’efficacité risque d’être relégué au second rang. « Un ministre peut être à la fois un député et un grand technicien. D’ailleurs, ce ne sont pas des techniciens qui manquent à l’Assemblée nationale. », précise le député du RPSD Vaovao Voninahitsy Jean Eugène. On cherche également à véhiculer à Tsimbazaza le critère de représentativité politique. Cet autre critère quant à lui, joue en faveur des députés indépendants qui sont au nombre non négligeable dans la nouvelle législature. Ils sont 46 et vont se répartir dans au moins deux groupes parlementaires. Le premier groupe a été constitué vendredi dernier. Il s’agit du Groupe des Parlementaires Républicains. Ils sont 21 députés indépendants à avoir intégré jusqu’ici le GPR. Comme les indépendants sont représentés au sein du bureau permanent par l’élue d’Amboasary Sud Solange Angèle (Rapporteur Général), ils veulent l’être aussi au sein du futur gouvernement.

Eclatement. La politique d’austérité a contraint le président de la République Andry Rajoelina de réduire à 22 (NDLR : 21 ministres et 1 secrétaire d’Etat) le nombre des membres de son premier gouvernement. Le dernier gouvernement de l’ère Rajaonarimampianina comptait 32 membres. Actuellement, le contexte est différent avec la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale dont la composition n’est pas la même que durant la précédente législature. La question qui se pose est de savoir si l’on parviendra à garder le nombre 22 face aux voix qui s’élèvent ces derniers temps. Pas plus tard que vendredi dernier, l’association FITEFA (Fikambanan’ny Teraky ny Faritany Antsiranana) réclame des ministres originaires du Nord. Il n’est pas exclu que les associations sudistes vont également revendiquer des postes ministériels pour leurs techniciens. A l’allure où vont les choses, l’éclatement des ministères ne serait pas à écarter. En tout cas, le dernier mot appartient au président de la République Andry Rajoelina qui a surtout gagné l’élection présidentielle de 2018 grâce aux voix des provinces. L’alinéa 3 de l’article 54 de la Constitution dispose que le président de la République nomme les membres du gouvernement, sur proposition du Premier ministre.

R. Eugène

Telma Fibre Vibe

Share This Post

6 Comments - Write a Comment

  1. Voyons l’exemple du BAREA et éloigner ce système de quotas si nous voulons se progresser. Les peuples ont besoin d’une équipe qui gagne mais non pas une équipe représentative. Laissons cette dernière aux députés qui sont élus pour réclamer les déficiences aux niveaux de leurs districts.

  2. Et voilà encore le retour des politicards de seconde zone.
    Les caciques des oignons d’Égypte prônent le système des quotas au détriment des compétences.
    D’autres veulent à tout prix les 4×4 au détriment du bien-être de la population.
    Certains veulent rétablir les cumuls de fonction : député-maire, député – ministre, …
    Et tout cela en plus des guéguerres internes à l’IRD ( abréviation de quoi exactement ) pour les candidatures au poste de Président de commission.
    Quel panier de crabes ! Et cela ne fait que commencer !

  3. séparation de pouvoir oblige chers depts! Rajoelina cédant à la pression passant outre subirait le sort d’un de ses prédécesseurs. Je ne comprends pas les attitudes de l’anp. La valse ne fait donc que commencer car voulant la stabilité par une anp majoritaire or cette majorité obtenue souffle un vent sulfureux! Dieu ne plaise! Je badine!

  4. Stop à ces associations ridicules qui ne pensent qu’à gangrener ce pays.

  5. Si on se sert toujours des “Terak’i Toamasona,Toliary, …”, on va retourner à l’age des hommes de caverne… sa suffit les marchandages! on veut le progrès…

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.