Toamasina II : Fermeture abusive de l’huilerie MPO

Jacaranda

Coup fatal pour le climat d’investissement à Madagascar. C’est le moins que l’on puisse dire de la décision récemment prise par le ministère en charge de l’Industrie à l’endroit de la nouvelle huilerie MPO (Madagascar Premium Oil) installée à Toamasina II. En effet, cette nouvelle société est titulaire d’une autorisation d’exploitation bel et bien signée le 03 janvier 2019 par le ministre de l’Industrie de l’époque. Puisque la procédure administrative le prévoit, cette autorisation d’exploitation a obtenu le 23 janvier de la même année un numéro auprès de la Primature. Du point de vue juridique, l’autorisation d’exploitation délivrée à MPO constitue un acte administratif créateur de droit. Selon la loi, un tel acte ne peut être retiré, ni abrogé que dans les trois mois suivant sa signature. En retirant sans aucun motif valable l’autorisation d’exploitation de la société MPO, le ministère de l’Industrie a commis un abus de pouvoir flagrant. Alors que ce ministère devrait au contraire avoir pour principale attribution de soutenir et d’inciter l’implantation des industries à Madagascar. Dans le cas de l’huilerie MPO, ce département ministériel constitue un obstacle.

Permis de construire. La société MPO a également obtenu un permis de construire signé par l’actuel ministre en charge de l’Aménagement du Territoire. Pourtant, ce même ministre a suspendu le même permis de construire, sans aucun motif valable. L’on se demande si le gouvernement n’est pas en train de favoriser un investisseur qui veut monopoliser le secteur de production d’huile à Madagascar. A rappeler que la création des nouvelles industries figure parmi les priorités du président de la République à travers l’IEM (Initiative Emergence Madagascar). Le premier ministre a mis l’accent sur cette priorité dans son programme de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat qu’il a récemment présenté devant les députés à l’Assemblée nationale. Les responsables au sein de la société MPO ont déjà rencontré la Banque Mondiale la semaine dernière pour faire part de leur doléance. Ils envisagent de saisir le Centre International de Règlement de Différends et Litiges. Ce Centre a condamné l’Etat pakistanais à verser des millions de dollars à une société pour avoir retiré de manière arbitraire son permis d’exploitation.

Concurrence déloyale. Une convention entre le MPO et la SPAT a aussi été signée sous le numéro N°001/SPAT/MPO/16. Cette convention avait pour objet la mise à disposition d’un terrain de la SPAT au profit de MPO pour une durée de 10 à 20 ans. Mais pour une raison qui, selon les responsables, s’apparente à une manipulation frauduleuse et une concurrence déloyale, l’ensemble des travaux fut suspendu au bénéfice d’une entreprise concurrente et qui constitue le principal freinage à ce projet. Depuis ce jour, de multiples demandes de reprise des travaux ont été entreprises. Il est inconcevable de constater que les concurrents directs de la société MPO, sans avoir un contrat sur un terrain encore litigieux, y ont entamé des constructions. La justice a tranché en faveur de MPO et a débouté la SPAT de sa demande. Elle a en même temps ordonné à la société concurrente de quitter les lieux.

Grosse perte financière. La fermeture abusive de la nouvelle huilerie MPO entraînera une grosse perte financière pour la société. Cette dernière a déjà investi des millions de dollars pour la mise en œuvre de son projet de grande envergure. L’usine est déjà achevée à 70%. Elle est prévue être opérationnelle en 2020. MPO emploie directement plus de 300 personnes. Ces employés se retrouvent actuellement au chômage. Très inquiets de leur situation, ces employés manifestent ces derniers jours contre les décisions du gouvernement. A noter que MPO est une société à Responsabilité Limitée (SARL) sise à Toamasina. Fondée en 2016, elle est constituée à 77% d’actionnaires nationaux et 27% de sociétés étrangères. Sa création a fait suite à une étude préalable d’un projet de construction d’usine de transformation d’huile brute en huile raffinée d’excellente qualité, et qui répond aux besoins essentiels du marché à Madagascar. Son objectif majeur est donc d’une part de produire une huile alimentaire de meilleure qualité et à un prix plus abordable et compétitif, et ainsi de générer plus de valeur ajoutée  et d’autre part de créer plus d’emplois à court et long terme, et contribuera au développement économique durable au niveau local et national.

R. Eugène

Telma Fibre Vibe

Share This Post

4 Comments - Write a Comment

  1. NGEDA amin’inona aloha sa io anaty pataloa io no misaina ? Raha mbola io mpanao gazety nareo io no mitatitra vaovao eto dia mila mailo satria fantatra tsara ny misy azy eny akaikin’i Dada amin’ny lainga sns . Rehefa makafaka sy manadiady dia manantona ny andaniny sy ankilany raha tsy izany tsy azo raisina ny soratanany . Izany no hatao hoe “déontologie ” !

  2. – Mon Dieu, Karana, Karana, Karana en plus Pakistanais, c’est vraiment le scandale National maintenant constaté et reconnu de par le monde !! La CUPIDITE . Mitsangana amin’izay Ra-Malagasy, la POTENCE pour tous ces SALOPARDS à commencer par les deux (2) Ministres et ses sbires et que la justice soit rendue aux Malagasy.

  3. comme je l’ai toujours dit : “la valse ne fait que commencer”(déjà chaque député aura droit à un cabinet composé de sept agents payés par l’etat). Cette affaire pourra ternir l’image de rajoelina à l’étranger alors qu’il vient de …. “mieux vaut affaire à dieu qu’à ses et ces saints auquels dieu devrait beaucoup faire attention”

  4. On sait que les karana veut monopoliser l’industrie à Madagasacar.
    Et les Malgaches acceptent. Ils préfèrent que les karana monopolise au lieu d’un Malagasy

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.