Pierre Lenoble du HCDDED : « L’opposition sert de balise »

Jacaranda
Le président du HCDDED, Pierre Lenoble, a parlé de l’importance du rôle de l’opposition.

Le Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) a tenu une séance de présentation de cette institution, hier, à l’Espace « Coin du foie gras », à Behenjy. A cette occasion, son président Pierre Lenoble Navony entouré des hauts conseillers de cet organe ont exposé le rôle de cet organe à l’assistance. En marge de cette rencontre, Pierre Lenoble a souligné que le HCDDED a plus de 100 doléances rien qu’en 2019 portant sur le litige foncier et le domaine politique. A propos de l’opposition, « on en a besoin, elle va servir de balise », a-t-il soutenu. Toujours est-il que depuis son installation à Soanierana, le HCDDED reçoit des doléances, plaintes et autres requêtes émanant d’individus ou d’entités constatant le non-respect des principes démocratiques, et des règles de droit par une institution ou entité publique ou privée.

Etat de droit. Pour sa part, le haut conseiller Imbiki Anaclet dans son exposé a parlé dans la première partie du rôle et des attributions du HCDDED et de l’effectivité de l’indépendance de ce dernier. Cet organe a ainsi pour rôle la promotion de l’Etat de droit par le biais de ses conseils devant être pertinents , pratiques et adéquats, le Haut conseiller est constitué en observatoire et balise aux éventuelles mauvaises pratiques dans l’administration ,aussi bien dans les domaines publics que privés. Notons que le HCDDED est composé de neuf membres et ne peuvent être poursuivis, recherchés, arrêtés ou jugés à l’occasion des opinions qu’ils omettent, ou des actes qu’ils accomplissent dans l’exercice de leurs fonctions. Leur mandat est de cinq ans non renouvelable. Il peut être consulté par le Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, le président du Sénat, toute autorité locale sur toute question relevant de son domaine de compétence.

Nouvelle Charte. Faut-il rappeler que le HCDDED depuis le début mars 2019, un comité composé de 12 entités dont il en fait partie, a décidé d’élaborer une nouvelle Charte pour les législatives, appelée « Toky nomena ». L’objectif est de s’assurer qu’il puisse y avoir des élections propres et apaisées, et de restaurer la dignité des élus au sein de l’Assemblée nationale, tant les citoyens ont été déçus de l’insuffisance d’éthique et de performance des députés du mandat 2014-2019.

Dominique R.

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Le problème est que les  » 88  » députés ne pensent qu’à mettre en place les contours d’une dictature :
    – fouler aux pieds l’article 14 de la Constitution que leur Parti a concoctée à l’époque,
    – ne pas hésiter à changer une loi qu’ils ont eux-mêmes élaborée en 2011 pour contrer une personne et qui semble ne plus convenir car cette personne devient de plus en plus incontournable.

  2. Pierre Lenoble est un vrai Malagasy qui cherche l’intérêt des 26 M de la population??? Il doit préciser que les 88 député ne devait pas du tout changer la loi en vigueur.

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.