Affaire Mbola Rajaonah : Une quarantaine de présumés complices dans le collimateur

Jacaranda

Les enquêteurs ont élargi leurs investigations sur tous ceux qui ont entretenu un lien direct ou indirect avec le numéro Un de la Société de transit TAFARAY.

125 milliards d’Ariary. C’est la somme qui aurait été détournée par l’opérateur économique Mbola Rajaonah entre 2014 et 2018, si l’on s’en tient aux résultats d’un audit effectué sur l’espèce relative à l’importation de ciment et de papiers journaux déclarés par les sociétés TAFARAY, MASTRA et TRANSIT MULTISERVICE TRANSFERT. Les résultats de l’audit ont permis de découvrir l’implication de 8 entreprises dans des opérations frauduleuses. Il s’agit de la Société Elice Import, Arian Import, Société STEF Import, Société ZETSASAMA, Société Eninenme, Tranombarotra Mahasoa SARLU, DAGO SA SARLU, Société Madagascar IMPEX et SYL Import. Le week-end dernier, les Juges du Pôle Anti-Corruption (PAC) ont prononcé le placement sous mandat de dépôt de quatre hauts responsables du Service des Douanes, soupçonnés d’être impliqués directement dans les affaires des fraudes réalisées par l’ancien Conseiller spécial de l’ex-président Hery Rajaonarimampianina. Il s’agit de Rabenjanarivony Eric, Directeur général des Douanes, Ramaherison Tolojanahary, Receveur des Douanes au Port de Toamasina, Rasoamananjara Henintsoa Lovatiana, Chef de Service de la Lutte contre les Fraudes et Razafindrakoto Lalatiana, Chef de Division de la Sélectivité et du circuit de dédouanement au Service des Renseignements et Analyse des Risques.

Liste. D’après les informations, ce déferrement concerne un seul dossier concernant le milliardaire Mbola Rajaonah. Il serait encore poursuivi pour un autre dossier de blanchiment de capitaux. De sources proches du Bureau Indépendant Anti-Corruption, mis à part ces responsables placés sous mandat de dépôt, plusieurs autres complices sont encore dans le collimateur de la Justice. En effet, selon les informations, les investigations ont permis de relever une quarantaine de présumés complices. Parmi eux figurent entre autres 18 sociétés opérant notamment dans le secteur du transit et de l’import – export, mais également des prête-noms. Cette liste comporte aussi plusieurs noms de particuliers dont le père et le frère de Mbola Rajaonah, ainsi que des opérateurs chinois. Il convient de noter que les résultats de l’audit ont aussi relevé des complicités dans l’importation de marchandises en provenance de la Malaisie, du Pakistan et des Emirats Arabes Unis. Les fraudes concernent 9612 conteneurs. A entendre nos sources, ces présumés complices auraient été mis sous surveillance judiciaire. Bon nombre d’entre eux auraient également été déjà auditionnés. Lors de l’affaire Claudine Razaimamonjy, même des gens qui ont assuré la garde de ses résidences ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora. Et ce, même si bon nombre d’observateurs estiment que ces gens n’ont pas forcément été tenus au courant de ce que faisait leur patronne. Quoiqu’il en soit, l’on a appris que pour l’affaire Mbola Rajaonah, les enquêteurs n’ont rien laissé au hasard et ont élargi leurs investigations sur tous ceux qui ont entretenu un lien direct ou indirect, aussi bien sur le plan personnel que professionnel avec l’ancien Conseiller spécial de l’ex-président Hery Rajaonarimampianina.

Davis R

Share This Post

2 Comments - Write a Comment

  1. Et l’on s’étonne qu’il y a de la famine, dû à la sécheresse dans le pays? On s’étonne que la majorité de la population Malagasy survivent dans des conditions déplorables? (dans des abris sous des bacs à ordures). C’est parce que cet individu a eu tout le temps de mettre la main sur tous ce qui pourrait éradiquer la misère de cette population!!!

  2. Comment ça se fait que ce pouvoir actuel et Pole Anti Corruption ne s’intéresse pas à RAJAO et son PM MAHAFALY grâce à RAJAO que R8 rentrait à Mada d’Afrique du SUD en catami plus tard gracié de ses condamnations par RAJAO qu’actuellement on ne sait ou il est maintenant

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.