Hauts Emplois de l’Etat : Les Administrateurs Civils sortiront de leur mutisme

Le bureau du SYNAD arrivera-t-il à défendre les causes des administrateurs civils ?

Une administration publique efficace et performante reste une utopie tant que ses piliers ne sont pas placés là où il faut le faire.

L’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM) forme des grands commis de l’Etat dont les compétences ne sont pas utilisées là où il faut. Ce constat vient d’un membre du bureau du SYNAD (Syndicat National des Administrateurs Civils) qui tiendra sa prochaine assemblée générale à Mahajanga à partir du  05 octobre. « Ce rendez-vous national permettra de remettre tout à plat. », promet notre interlocuteur qui a félicité la décision du ministère des Affaires   étrangères de prioriser désormais les agents diplomatiques et consulaires (ADC) formés à Androhibe pour les nominations dans les représentations diplomatiques de Madagascar à l’extérieur. En ce qui concerne les administrateurs civils, force est de constater qu’après leur formation de deux ans à l’ENAM, ils ne sont pas placés là où il faut. Or, l’article 2 du décret n°2006-340 portant régime particulier du corps des Administrateurs Civils dispose : « Les Administrateurs Civils sont chargés principalement des tâches administratives générales, de gestion financière, économique et sociale, de commandement, de conception générale, de direction, de planification, de coordination, de contrôle et de négociation. A cet effet, ils ont vocation à exercer les fonctions de secrétaires généraux, directeurs généraux, directeurs et chefs de service au sein des Institutions, des départements ministériels et organismes publics et semi-publics. »

Médiocrité. Un membre du SYNAD affirme que la médiocrité qui est presque devenue une culture dans l’administration publique malgache peut s’expliquer par le fait qu’on ne nomme pas les personnes qu’il faut à la place qu’il faut. « Le copinage, le favoritisme, le clientélisme politique et le népotisme priment toujours sur les compétences. », déplore notre interlocuteur. A ce propos, l’incompétence flagrante d’un magistrat nommé à la tête d’une importante direction générale d’un ministère suscite l’indignation ces derniers temps. Son poste n’a rien à voir avec la formation qu’il a suivie à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG). En tout cas, l’Assemblée générale qui sera organisée à partir du 05 octobre à Mahajanga sera une occasion pour les administrateurs civils de se pencher sur leur statut et de discuter de leur situation actuelle. Une délégation du SYNAD conduite par son président Andriamanana Ramahavokatsoa vient d’effectuer sur place une visite de préparation de ce rendez-vous. Cette délégation a rencontré les administrateurs civils en fonction et retraités de la région Boeny. A noter que nombreux sont les administrateurs civils restent sans poste depuis leur sortie de l’ENAM ou qui occupent des postes qui ne correspondent même pas à leur position statutaire dans certains départements ministériels. Pour le SYNAD, l’assainissement de l’administration devrait passer par la bonne gestion des compétences disponibles.

R. Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. BRANDON

    Si c’est pour avoir un maire administrateur civil arrogant , arriviste , sous fifre et larbin et ben merci ! Ce n’est pas avec son titre de SG de la CUA co-responsable de la gestion désastreuse de la femme d’un conseiller TRES spécial qu’il va gagner le cœur des Tananariviens . Son master tant vanté par les fanatiques ZD est bon pour les ordures laissés par Neny . Comme disait l’autre on peut être jeune et con pour s’acoquiner avec un vieux schnock politiquement fini !

  2. Autant que possible, il vaut mieux aussi que les Maires soient des Administrateurs Civils.
    Leur candidature pour les élections communales est donc sollicitée.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.