L’injustice se perpétue

Les leçons ne sont jamais mieux apprises qu’à force de répétition dit-on. Cette chronique en partie déjà écrite est renouvelée va dans ce sens. Les biens pensants actuels  nous rabâchent que la mort  de la planète est inéluctable et qu’il faut donc enrayer  cette course à la croissance économique.

Les conseillers  de tous bords ont prôné la croissance économique comme élément moteur du développement. Un  processus historique passant  par cinq paliers  selon Rostow,  que dans les pays développés ont franchis :

  • La société traditionnelle où l’on ne vit que l’exploitation de la terre…
  • les conditions préalables au décollage : le changement est plus facilement accepté, ce qui permet à la croissance économiquede dépasser la croissance démographique, grâce à la révolution agricole notamment.
  • le décollage (ou take-off) : c’est l’étape décisive, le moment où la croissance devient un phénomène auto-entretenu. Durant une vingtaine d’années les investissements massifs dans l’industrie permettent une inflexion majeure et durable du rythme de la croissance.
  • la maturité : elle correspond à la seconde révolution industrielle : les niveaux de vie s’améliorent sensiblement …
  • la consommation de masse : c’est l’étape ultime de la société, elle renvoie aux roaring twentiesaux États-Unis (les années 20 marquées par la prohibition) et à l’après Seconde Guerre mondiale en Europe occidentale (Trente Glorieuses).

Des étapes qui gagnent à être enjambées pour arriver rapidement à un mieux- être dans les pays moins nantis, disent-ils, grâce au progrès technique et aux  bonds intellectuels  avec  l’enseignement généralisé.

Quand parlant de l’Afrique, Nicolas Sarkozy dit que ce continent n’est pas encore entré dans l’histoire, il a eu sûrement  en tête ces étapes Rostowiennes pour justifier le stade de « Bien- être » matériel auquel les Africains n’ont pas encore atteint.

Mais voilà, que certains économistes, ceux qui brandissent « Un développement durable » face au constat de la disparition des ressources naturelles, en particulier, et des menaces sur la sur la biodiversité, en général, mettent en avant, la théorie de la décroissance économique pour enrayer cette descente inéluctable vers « la mort de la planète ». Pour cela, ils préconisent, une croissance négative c’est-à-dire moins de course à la production et moins de consommation, pour résumer.

Seulement, depuis des millénaires, l’humanité a lutté contre la faim, le froid, la maladie, l’isolement  pour jouir  un tant soit peu  de ce que peut offrir son héritage universel, voilà qu’une partie des êtres humains se voit priver à jamais de profiter des « commodités»  dont une  autre partie a  déjà largement joui. Les petits  Africains n’auront donc jamais ni  motos ni voitures, ni  possibilité de voyager en avion et encore moins d’habitats à air conditionné sous prétexte que ces « plaisirs normaux » ne leur sont plus accessibles ni nécessaires  à cause de leur voracité  en énergie. Energie qu’ils ont fournie  sans contrepartie pendant des siècles. Où est l’équité à ce compte- là ? Le génie humain saura-t-il réparer cette injustice ?

M.Ranarivao

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. – Satria tsy mendrika ny fanajana dia teny fohy an’iela MARC. Hovao ny Prénom n’iela raha hanejika faona an’i Ravalomanana iela. Mba menatra , manompa ny tenan’iela hiany iela satria Marc koa ny Prénom an’i Ravalomaanana. Marihana faha tsy mpiomba an’io Rangah’io ny Teanako saingy malahelo anareo mifanasa Vangy eto. Minables.

  2. BRANDON
    La même rengaine d’un débile mental qui a une fixation sur des remblais imaginaires illégaux . Il feint d’ignorer que son gourou Ravalomanana est maître de tels actes odieux sinon le peuple ne l’a pas foutu dehors et avec la queue entre les jambes il a fui en Afrique du sud …

  3. Il faut se poser les bonnes questions avant de faire passer les économistes dont vous parlez pour des débiles ou des méprisants, entre autre celle qui consisterait à identifier les véritables causes de l’injustice, pourquoi a t-on permis l’accaparement des ressources africaines, pourquoi y tolère t-on l’exportation de déchets dangereux, pourquoi n’avoir jamais développé des moyens de production locale, pourquoi ne dit-on rien face à la menace de la prédation des ressources vivrières, à leur abandon progressif au profit de cultures spéculatives, au danger d’une pollution atmosphérique si le développement industriel se réalise malgré tout, mais selon les directives des nouveaux colons, peu enclins à la préservation de la nature et de la santé des habitants.. Quant aux vertus supposées bénéficier aux populations des sociétés consuméristes, il est permis de douter qu’elles concernent tout le monde.. Oui il est urgent de repenser le modèle économique, c’est une question de survie planétaire.

  4. On va plutôt perpétuer l’injustice par le remblayage de 10 000 000 m² de rizières !

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.