Problèmes socio-économiques : Le gouvernement Ntsay asphyxié

Jacaranda
La démission du DG de l’OMH est un signe de malaise dans la gestion des affaires de l’Etat.

Pendant que les feux de brousse continuent de polluer l’air dans la Capitale, le gouvernement est asphyxié par des problèmes socio-économiques.

On s’attendait à la démission de la ministre en charge de l’Enseignement supérieur suite à la fuite scandaleuse de sujets à la première session du baccalauréat, mais Blanche Nirina Richard n’a pas opté pour cette solution souhaitée par une partie de l’opinion. L’affaire s’est soldée par l’emprisonnement des élèves accusés d’avoir participé au partage de sujets dans les réseaux sociaux. Par ailleurs, des députés pro-régime  réclamaient le départ des membres du gouvernement dont l’efficacité laisse à désirer, mais le premier ministre Ntsay Christian a déclaré vouloir attendre le résultat de la prochaine évaluation. Mais finalement, une démission a été déposée, celle du directeur général de l’OMH (Office Malgache des Hydrocarbures), troisième personnalité au sein du ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures). La démission de Laurent Rajaonarivelo est certainement liée à la récente affaire de pénurie de carburants qui a abouti à la sanction de deux compagnies pétrolières, Total et Shell, et de la Logistique Pétrolière. Le DG de l’OMH est-il fautif dans cette affaire ?

Priorités. Aux problèmes de fuite de sujets, de pénurie de carburants et d’eau, de délestage, de remblayage de rizières à Ambohitrimanjaka, ainsi que d’insécurité dans le Sud vient de s’ajouter la grève des enseignants chercheurs à l’Université d’Antananarivo. La ministre Blanche Nirina Richard est de nouveau confrontée à une difficulté. Mais cette fois-ci, il serait difficile pour elle de s’en sortir. Visiblement, le gouvernement Ntsay est asphyxié par des problèmes socio-économiques. De l’autre côté, l’affaire « îles éparses » semble également préoccuper ce gouvernement. A ce propos, l’opinion publique s’impatiente de savoir jusqu’où cette équipe dirigée par un Premier ministre qui est en même temps ministre des Affaires Etrangères, est capable de défendre l’intérêt des Malagasy en général et l’intégrité du territoire de Madagascar en particulier. En tout cas, en attendant un éventuel remaniement, la réelle volonté du pouvoir en place à combattre ces problèmes socio-économiques sera mesurée à travers les priorités du projet de loi de finances 2020 qui sera incessamment soumis à l’examen des parlementaires.

R. Eugène

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.