Chronique de Mickey : Le temps des « lôdisy »

Jacaranda

L’on peut parler de letchis, de lychees  ou autrement, pour nous c’est le lodisy, c’est tout. Ce fruit que partout on s’arrache pour produire ou consommer, il est à nous  rien qu’à nous. Parce que sa saveur comme son parfum  ne sont offerts rien que pour nous par Dame Nature. Il paraît, d’après  l’internet que ce fruit est associé au nouvel chinois, alors bien fait pour eux parce que pour une fois on les devance  en les savourant bien avant Noël  et notre nouvel an. Ce fruit, que tout le pays connaît la période de campagne de collecte et les  mouvements  de son prix, par exemple, l’on sait qu’il va  apparaitre  vers mi-novembre mais qu’on achète encore avec prudence en attente de la saison des pluies, encore que les mères de famille sont au courant  qu’il faut faire bouillir les feuilles avant de les consommer. L’on sait aussi que l’on n’achète pas encore  en grande quantité parce que les  prix ne sont pas encore accessibles. Mais on reste  aux aguets,  dès  début décembre et quand  on les voit   dégringoler dans  la mercuriale. Puis c’est le  grand moment  de la ripaille, toute la famille  se permet  d’avoir une « garaba » à la maison, où tout le monde se goinfre avec régal   avec des   concours  comme celui qui trouve le plus beau  c’est-à-dire, la plus grosse pulpe et donc  le plus petit grain, un peu comme , lors la cérémonie de  «  la galette des rois »   de la fête de l’Epiphanie chez les chrétiens en Europe. Un temps de répit et voilà que les lodisy du Sud-est  qui arrive  et la fête rebondit  jusqu’à ce que l’estomac ballonne.

Avouez  que  les temps de lôdisy sont les rares moments  où nous nous sentions êtres des privilégiés  et que l’on s’en fiche  un moment des autres problèmes, surtout en pensant que ce fruit est celui par excellence  celui de Noël en Europe à l’égal des huîtres ou fruits de mer. Heureux sont les malgaches au mois de décembre avec des étals de fruits garnis de mangues, de pêches, de bananes qui n’ont rien à envier aux autres marchés d’ailleurs.

M.Ranarivao

Share This Post

One Comment - Write a Comment

  1. ny tokony hanairana ny sain’ny tompon’andraikim-panjakana sy ny fikambanana miaro ny zon’ny mpanjifa(izay tena matory) dia ny mikasika ny akondro. Mihinana akondro tsy tonga volana ny mpanjifa satria akondro tsy tonga volana no vidin’ireo mpanangona akondro. Tian-kano tsy tian-kano fa tsy misy firaisana tsy hividy na ny mpanangona na ny mpaninjara na ny mpihinana.Misy ny pr sy barrages économiques fa angamba tsy nahazo toromarika hanamarina ny kalitaon’ny akondro anaty camions mandalo eo aminy?

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.