Catastrophes naturelles : 50 millions de dollars de la Banque mondiale

La signature de l’accord de financement a été effectuée hier à Ambohitsorohitra.

Le président Andry Rajoelina a reçu hier au Palais d’Ambohitsorohitra une délégation de la Banque mondiale conduite par la Représentante de la Banque mondiale à Madagascar, Marie-Chantal Uwanyiligira.

Au beau fixe. Le régime Rajoelina bénéficie actuellement de la confiance entière de la Banque mondiale. Hier, une forte délégation de cette Institution financière mondiale, dirigée par la Représentante de la Banque mondiale à Madagascar, Marie-Chantal Uwanyiligira a rencontré à Ambohitsorohitra le président de la République Andry Rajoelina au cours d’une réunion de travail. Une occasion pour les deux parties de se mettre autour d’une table pour évoquer les questions de la coopération. Le haut responsable de la Banque mondiale a aussi profité de cette rencontre pour réitérer le soutien accordé au régime Rajoelina et au Plan Emergence Madagascar. Comme preuve de cette relation au beau fixe, la Banque mondiale a approuvé l’allocation de 50 millions de dollars pour appuyer les politiques de gestion des risques de catastrophe à Madagascar. Cet appui budgétaire est assorti d’une option de tirage différé en cas de catastrophe (Cat DDO), fournissant un financement immédiat aux pays en cas de catastrophe naturelle. Ce don s’accompagne également d’un cofinancement de 11,7 millions de dollars de l’Agence française de développement (AFD), consenti par l’Association internationale de développement (IDA).

24h. La cérémonie de signature de cet accord de financement a eu lieu hier à Ambohitsorohitra entre le ministre des Finances et du Budget, Richard Randriamandrato et la Représentante de la Banque mondiale, Marie-Chantal Uwanyiligira. Cet appui budgétaire permettra à Madagascar d’accéder à des ressources financières dans un délai de 24h, lors d’un cas de catastrophe naturelle. Cet argent sera utilisé par le gouvernement non seulement pour faire face aux catastrophes, mais prévoit aussi la mise en place d’un système de protection sociale qui répondra aux chocs et permettra d’acheminer les aides aux populations concernées. Les fonds seront disponibles en cas de catastrophe pour une période de trois ans, renouvelable une fois pour la même durée, suivant la signature de l’accord de financement. « L’option de tirage différé sera déclenchée en cas de déclaration d’état d’urgence nationale, conformément à la législation malgache », a déclaré Marie-Chantal Uwanyiligira. Et elle de réitérer : « La Banque mondiale réaffirme encore une fois son soutien à Madagascar en renforçant les capacités du pays à se préparer aux catastrophes naturelles et à fournir le financement nécessaire pour apporter une aide immédiate à ceux qui en ont besoin ». Rappelons que lors de sa visite dans la Grande Île au mois d’avril dernier, le Président du groupe de la Banque mondiale, David Malpass, a déjà accordé un financement à hauteur de 100 millions de dollars pour la mise en œuvre de plusieurs projets structurants notamment pour l’accès à l’énergie, les infrastructures routières, le domaine social, la santé et l’éducation. Le staff de la Présidence de la République a profité de cette séance de travail qui s’est déroulée à Ambohitsorohitra pour présenter à l’équipe de la Banque mondiale les tenants et aboutissants de quelques projets en cours, tels que la construction de 38 immeubles R+4 à Ivato.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.