TIM, RMDM, MCFIE : Manifestation à haut risque le 28 décembre

Les dirigeants de l’opposition samedi dernier au Magro Behoririka.

L’opposition entend faire descendre dans la rue ses partisans samedi prochain. Une décision qui risque de compromettre la trêve politique de fin d’année.

Troisième manifestation avant-hier au Magro Behoririka pour l’opposition depuis les Communales du 27 novembre. « La prochaine manifestation ne sera plus tenue sur ce lieu. L’endroit nous sera incessamment communiqué. », a déclaré le candidat du TIM (Tiko I Madagasikara) aux Municipales d’Antananarivo Ny Rina Randriamasinoro. Les partisans ont manifestment répondu présent, samedi dernier, à l’appel à une grande manifestation lancée par le TIM, le RMDM (Rodobeny Mpanohitra ho any Demokratia eto Madagasikara) et le MCFIE (Mouvement des Citoyens contre les Fraudes et Irrégularités Electorales). Les discours successivement prononcés par Rakotomalala Henri dit Riri Be, Christian Tabera, Edouard Tsarameha, Paul Mpody et Ny Rina Randriamasinoro ont confirmé la position de l’opposition par rapport aux dernières Communales. Une position qui dénonce des fraudes et des irrégularités qu’ils auraient constatées sur toute l’étendue du territoire national. La question qui se pose est de savoir où se tiendra la manifestation du samedi 28 décembre. Sur la Place du 13 Mai ou à Mahamasina ? En tout cas, des éléments des forces de l’ordre ont été stationnés aux alentours du Magro samedi dernier, afin de veiller à l’ordre et à la sécurité publics.

Cheval de bataille. Outre la dénonciation des fraudes électorales, les orateurs de l’opposition ont galvanisé leurs partisans sur la loi relative à la lutte contre les violences basées sur le genre. Une loi qui continue de faire l’objet de polémiques aussi bien au sein de la classe politique qu’au sein des églises de Madagascar. En témoigne la déclaration du président de la FJKM, le pasteur Irako Ammi Andriamahazosoa (voir notre édition du 21 décembre). Cette loi est devenue le nouveau cheval de bataille de l’opposition. Dans son intervention, le député Fidèle Razara Pierre a réitéré au Magro Behoririka que, selon lui, la nouvelle loi ouvre une porte au « mariage pour tous ». Contre les accusations, les membres du bureau permanent de l’Assemblée nationale, dirigés par la présidente Christine Razanamahasoa, ont démenti l’affirmation selon laquelle les députés ont voté une loi légalisant l’homosexualité à Madagascar. A noter qu’aucun des 22 articles de ladite loi n’autorise, en effet, l’union entre deux personnes de même sexe. La loi condamne cependant les violences faites aux enfants, aux femmes et même aux hommes, et condamne également les rapports sexuels non consentis. Durant le week-end, le gouvernement, à travers son porte-parole Lalatiana Andriatongarivo, a également réitéré que la loi sur la lutte contre les violences basées sur le genre vise à protéger les femmes et les enfants victimes d’abus et que ce texte législatif n’autorise en aucun cas le « mariage pour tous ». « La loi en vigueur à Madagascar prévoit d’ailleurs qu’un mariage est fait entre un homme et une femme. », rappelle le communiqué du gouvernement. En tout cas, force est d’admettre que l’opposition se prépare à tenir une manifestation à haut risque samedi prochain. Une manifestation qui ne serait pas autorisée par le préfet de police, premier responsable de l’ordre et de la sécurité publics à Antananarivo en tant que président de l’OMC (Organisme Mixte de Conception).

R.Eugène

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. la manifestation ne m’interesse pas,seulement une phrase extraite du journal porte à reflexion ou éclaircissement public de la part du juriste ayant rédigé cette loi : »la loi condamne cependant les violences faites aux enfants,aux femmes et mème aux hommes et condamnent également les rapports sexuels non consentis ». Alors,quelles sont les violences faites aux hommes?les akohovavy maneno sont rares et n’attirent pas l’attention des voisins ni de la famille! Quant « …aux rapports sexuels non consentis… »,même si « interpretation stricte » est de règle,point n’est besoin de rappeler ici que si Dieu « interdit toute union de deux personnes de même sexe »,cela signifie qu’il y eu rapports sexuels de deux personnes de même sexe! Voilà pour moi qui est flou. Même en politique,même concernant notre loi fondamenatal,nous et nos legislateurs sont fans du flous

  2. Pensez à choisir un autre chef de l’opposition, Monsieur Ravalomanana vous a déjà abandonné.

  3. Olna mampme ne ireto fa nankaiza lay fanambarana goavana saika atao, nareo vahoaka mankeny no mety hadalain’ireto mpanao politika efa tampi-dalan-kaleha toa sokina nanani-bato ireto dia lasa any amin’ilay zavtr haf tsy tokn horesahin indray no sady tsy ho his eto gasikara indray no handrebirebena ny vahoaka, sazio mihints ity mpisolo-vavam-bahoaka mpanakorotana ity fa efa tsy mandikika ny teny tokony havoakan’ny vavany intsony rehefa ataon’ilay rangahy iny sovaly, tsy ilay izy taloha intsony,mampalahelo na toy ny ataon’ity olona ity ny fomba fanaovana politika,ny vola no mibaiko ny foto-kevitra ijoroany snif,snif,snif…

  4. Normal que l opposition manifeste

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.