Confinement de la ville : Circulation limitée du personnel diplomatique 

Pendant que les forces de l’ordre veillent à ce que les dispositions de confinement soient respectées, le gouvernement, lui, envoie une missive aux missions diplomatiques pour leur signifier que les restrictions concernent aussi leur personnel. 

Les déplacements du personnel des missions diplomatiques seront aussi contrôlés. Elles doivent se soumettre aux mesures imposées par le gouvernement dans le cadre du confinement. Selon une missive envoyée le weekend dernier par le gouvernement, aux postes consulaires, aux représentations des organisations internationales et aux agences de coopération, ces derniers devraient avoir l’autorisation du Centre de commandement opérationnel COVID-19 pour pouvoir circuler en ville et devraient également soumettre à cet effet une demande d’autorisation exceptionnelle de circuler durant la période de confinement. Exception faite, et c’est logique en ces temps de crise sanitaire, pour le personnel et les véhicules de l’Organisation mondiale de la santé. 

Si le personnel de ces missions diplomatiques et consulaires bénéficie de l’immunité et peut circuler librement en période normale, et ce, en vertu des conventions internationales qui encadrent leur coopération avec le gouvernement, la situation exceptionnelle qui prévaut actuellement dans le pays leur soustrait une partie de ce privilège. Le gouvernement leur recommande « de réduire au strict minimum les déplacements de leur personnel et de ne le faire qu’en cas de nécessité absolue, pour le fonctionnement minimal des représentations, y compris l’assistance consulaire ou celle de l’urgence » souligne la lettre du gouvernement. 

Tous les véhicules des missions diplomatiques ne peuvent plus ainsi circuler librement à Analamanga et à Toamasina. Seuls trois à cinq véhicules diplomatiques de chaque mission ou représentation peuvent avoir l’autorisation exceptionnelle de circuler. Le reste de leur parc automobile devrait être immobilisé durant le confinement. Les pays qui ont le plus de ressortissants à Madagascar et ayant le plus de personnel dans leur  bureau de représentation peuvent mobiliser jusqu’à cinq véhicules, indique ainsi la missive du gouvernement. Les autres ne seront autorisés à utiliser que trois véhicules au maximum. Cette autorisation doit être clairement visible sur le véhicule concerné. 

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Félicitations à nos amis comoriens. Ce sont aussi de grands voyageurs. Ne dit-on pas que la moitié des comoriens sont à Marseille. Vraiment bravo ! Pas de Covid19 jusqu’à maintenant.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.