Come-back : Fetison Rakoto Andrianirina mijote son « plan d’urgence post-covid-19 »

Fetison Rakoto Andrianirina veut débattre de la relance avec plusieurs acteurs.

Fetison Rakoto Andrianirina revient dans l’arène politique. Il veut élaborer un plan d’urgence post-pandémie basé sur une consultation élargie d’acteurs.

La relance ne sera pas la seule affaire du gouvernement. C’est ce qui est déduit d’un manifeste de Fetison Rakoto Andrianirina pour marquer son retour sur la scène politique en pleine période de crise. Le président du parti Renouveau pour une démocratie sociale, convaincu que « les conséquences du Covid-19 sur notre économie déjà fragile risquent d’être insoutenables », veut alors lancer « un appel à manifestations d’intérêts à toutes les entités, et ce, quel que soit le domaine, pour émettre des propositions de solutions en vue de l’établissement d’un Plan d’urgence post-Covid-19 à court et à moyen terme ». Une plateforme numérique, selon ce dernier, sera à mettre en place pour recueillir les idées et les propositions. A la différence de la démarche actuelle du gouvernement où l’appareil d’Etat a été mobilisé pour sortir un plan de mitigation qui sera par la suite soumis à l’appréciation du secteur privé, celle choisie par le parti RDS est une initiative qui veut rassembler différents acteurs autour de la relance et « devant servir d’une base qui paraît raisonnable et de bon aloi », selon Fetison Rakoto Andrianirina. Cette prise d’initiative « consiste principalement à déclencher ensemble une série d’actions requises face à la gravité de la situation » et qui sera « apte à garantir une issue favorable et mutuellement satisfaisante », indique-t-il. La sortie de cette crise, selon toujours ce dernier, ne sera pas l’unique initiative des mouvements politiques.

La méthodologie du parti RDS veut alors, en première phase, mettre en place une « Commission pour la relance économique et sociale post-Covid-19 composée de 36 membres experts issus de plusieurs domaines, et qui seront assistés de deux rapporteurs généraux pour formuler – sur la base des propositions reçues – des mesures concrètes qui puissent être rapidement mises en œuvre ». La commission n’écarte pas les acteurs gouvernementaux. « Les membres du gouvernement, les représentants du Parlement et les représentants des partenaires techniques et financiers de Madagascar seront associés dès les premiers travaux de cette commission », soutient Fetison Rakoto Andrianirina. Après, les résolutions de la commission, qui ne seront que des « propositions », devront être « soumises pour décision auprès du Président de la République après avis et observations des Commissions compétentes de l’Assemblée nationale et du Sénat, afin de préciser les modalités de leur mise en œuvre ».

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.