Explosion des cas-contacts à Toamasina : Andry Rajoelina hausse le ton contre l’indiscipline de la population locale

Un dépistage massif de COVID-19 a été organisé hier à Toamasina.

Rien que dans la matinée de mercredi dernier, 13 personnes ont été testées positives au Coronavirus à Toamasina. Il faut s’attendre à ce que ce chiffre augmente considérablement dans les prochaines heures. En effet, un réel danger plane sur la ville du Grand Port. Plusieurs personnes sont contaminées par le Coronavirus. Ces dernières 48h, le nombre des cas-contacts a doublé. Ce nombre risque même de tripler, voire quadrupler, dans les jours qui viennent, au fur et à mesure de l’obtention des résultats des tests émanant de l’Institut Pasteur de Madagascar, a expliqué un haut responsable au ministère de la Santé publique. Le danger est partout. L’on ne sait plus qui porte le virus à Toamasina. En cause, la population locale ne respecte pas les mesures de sécurité annoncées. A peine arrivé à Toamasina, Andry Rajoelina a pointé du doigt l’indiscipline et l’insouciance de la population locale. « J’avoue aujourd’hui que je suis très remonté contre le non-respect des mesures par les habitants de Toamasina, contrairement à ceux de la région Haute Matsiatra où le Coronavirus est en passe d’être maîtrisé car la population se conforme aux mesures qui lui sont imposées », a-t-il déclaré d’un ton ferme. Et lui d’évoquer notamment le cas de certains employés d’Ambatovy qui, malgré la décision relative à leur mise en quarantaine, ont réussi à quitter le site pour aller au contact des gens dans d’autres quartiers. A entendre le Chef de l’Etat, certains d’entre eux ont même réussi à rejoindre Antananarivo, d’où l’explosion des cas contacts non seulement à Toamasina mais aussi à Antananarivo. Il a ainsi incité les autorités locales à renforcer l’application des mesures.

Test PCR. Si cette indiscipline et cette insouciance continuent, nous allons prendre des mesures fermes pour sanctionner les réfractaires, a-t-il tonné. Hier, le Chef de l’Etat a fait le déplacement dans la ville du Grand Port pour constater de visu la réalité sur le terrain mais aussi pour rappeler aux Zanak’i Betsimisaraka les différentes mesures et conditions du confinement. Face à l’explosion des cas-contacts, une séance de tests PCR contre le coronavirus a été organisée à Ambatovy mais aussi devant l’Hôtel de ville de Toamasina. Le Chef de l’Etat a exigé que toutes les personnes ayant côtoyé des cas-contacts soient testées. Au total, 985 personnes ont subi un test PCR, dont des employés d’Ambatovy et leurs familles, au nombre de 598, ainsi que 387 personnes soupçonnées d’être entrées en contact physique avec eux. L’on attend désormais les résultats de ce dépistage massif. « L’objectif est de réaliser jusqu’à 10 000 tests », a déclaré le président Andry Rajoelina. A noter que Toamasina a également été doté d’un laboratoire mobile pour multiplier les tests.

Aucun décès. Les établissements sanitaires de la région Atsinanana, en l’occurrence l’Hopitaly-Be et l’Hôpital manara-penitra, ont également bénéficié de dotations en plusieurs matériels aux normes, entre autres, deux respirateurs offerts par l’usine Ambatovy. Andry Rajoelina a aussi lancé la distribution des indemnités pour le personnel médical. Malgré les risques élevés d’explosion des cas-contacts, la Grande île ne compte aucun décès. C’est ce qu’a affirmé le ministère de la Santé lors de cette descente présidentielle à Toamasina. D’ailleurs, le professeur Judicael José Nirina, médecin-chef à l’Hôpital manara-penitra CHU Morafeno a démenti l’information selon laquelle un nourrisson de 9 mois aurait perdu la vie dans cet établissement à cause du Coronavirus. La mère de cet enfant témoigne et affirme que son bébé n’est pas mort. Actuellement, l’enfant et sa mère, également contaminée par le Covid-19, suivent des traitements médicaux à l’Hôpital manara-penitra de Toamasina. D’ailleurs, le bébé se porte bien et ne présente aucun symptôme. Andry Rajoelina a aussi visité l’EPP Maurice Guillot où il a donné le coup d’envoi de la distribution des dictionnaires. 27 500 Rakibolana seront distribués à Toamasina. Cette visite a été marquée par l’annonce du recrutement des 9 enseignants FRAM auprès de cet établissement. Le ministère dispose de 8 000 postes budgétaires, a affirmé la ministre Rijasoa Andriamanana Josoa. Par ailleurs, Andry Rajoelina a aussi constaté de visu la distribution du Tosika Fameno aux familles nécessiteuses de la région Atsinanana. Dans le cadre de ce projet, 42 000 familles sur 100 000 à Toamasina vont bénéficier de cette aide.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Je vous souhaites de ces victimes de cettes maladies, dieu vous aident tous.vous avez une bonne courage, vous gagnez une victoire

  2. Comme prévu le pic de l’épidémie n’est pas encore atteint : il faut faire très attention !

  3. 1968 . Il est loin le temps où les étudiants du Collège Maurice GUYOT ayant réussi l’examen de BEPC ,remplissent le Collège Normal pour devenir les meilleurs enseignants dans toute la Provence ,du temps de Monsieur FENO Noel .

  4. pas possible !!!!!!!!!!!! des enseignants FRAM même dans un EPP publique ????
    JE REEEEEEEEEEEEEEVE !!!!!!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.