Ministère de la Justice : 12 magistrats traduits devant le Conseil de discipline

Au niveau du ministère de la Justice, on ne tolère pas les écarts de conduite du personnel. Lors de son passage, jeudi dernier devant l’Assemblée nationale en séance plénière, on a laissé entendre que des fonctionnaires de la Justice n’échappent pas aux emprises de la procédure de sanction établie pour répondre à leurs actes. En effet, huit magistrats sont actuellement en cours de traduction devant le conseil de discipline, rapporte le ministre, Johnny Richard Andriamahefarivo. Et quatre autres magistrats sont déjà passés devant ce conseil, dont un a été exclu temporairement et deux autres renvoyés à des fins de poursuite disciplinaire. Mais cette procédure ne concerne pas seulement les magistrats. D’autres fonctionnaires du ministère devront, eux aussi, passer devant le conseil de discipline, notamment sept greffiers. Des sanctions ont été déjà prononcées pour d’autres. Six membres du personnel de l’administration pénitentiaire ont été suspendus de leur fonction, douze autres ont fait l’objet d’affectation disciplinaire. En revanche, quatre avocats font l’objet de poursuite pénale, a toujours rapporté le ministre de la Justice devant les députés.

Bien que la crise ait ralenti le fonctionnement de l’appareil judiciaire dans les villes confinées, cependant dans d’autres localités, la Justice tourne en plein régime. « L’objectif fixé est de réaliser la vision et les velirano du président de la République », a lâché Johnny Andriamahefarivo. A cet effet, le ministère se bouscule à concourir pour le renforcement de la sécurité dans le pays et projette pour cette année de décrocher dans la loi de finances rectificatives, en cours d’examen au parlement, une enveloppe pour financer, entre autres, les projets de nouvelle construction du tribunal de première instance de Sainte-Marie, et de la maison de force à Ikelivondraka Ihosy, ainsi que de la maison centrale à Amboasary Atsimo. Dans le cadre de la promotion d’une justice de proximité et du respect des Droits de l’Homme en milieu carcéral, le ministère cite ses faits d’armes en faisant sortir de terre, un bâtiment qui abritera un tribunal à Sambava, et une maison centrale à Antananarivo.

Dans le cadre de la crise sanitaire, la situation carcérale du pays a attiré les feux de projecteurs. Le ministre de la Justice a, quant à lui, défendu devant les députés, les efforts déployés par son département pour affronter la pandémie, et endiguer la propagation du virus dans les prisons où la surpopulation a fait couler beaucoup d’encres. Des kits de prévention contre le coronavirus ont été distribués en faveur des personnels des juridictions et des personnes détenues, a rapporté Johnny Richard Andriamahefarivo à l’Assemblée nationale. Par ailleurs, selon toujours le  ministre, des descentes auprès des cours et tribunaux ainsi que des établissements pénitentiaires d’Antanimora et de Tsiafahy ont été effectuées aux fins de contrôle du respect des mesures sanitaires et l’utilisation des dons alloués par le ministère de la Justice dans le cadre de la protection de ses Agents face au Covid-19.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Raha fahadisoana tokony halefa @ fitsarana ady heloka dia tsy tokony ho any @ codis mihintsy fa ampitoviana ny olom-pirenena. Tsy sazy koa ny affectation disciplinaire satria toerana natao hiasana eran’ny nosy no koa manimba toetsain’ny hafa miasa @ ilay toerana(mpampianatra,dokotera sns) sady famindrana toerana toetra fotsiny izany fa farafaharatsiny dégradation no sazy omena ny mpiasam-panjakana rehetra fa raha tsy izany tsy hiova. Tsy azo foanana anefa ny zo miaro tena.

  2. Ny tranon’ny magistrat eto Madagasikara, lafo 5 heny noho ny tranon’ny ministra Frantsay.
    Raha ny vata karama anefa no jerena dia tokony tsy hahavita trano biriky anatin’ny folo taona niasàna akory.
    Mazava be fa tsy iray na roa ny magistrat mpanao risoriso fa presque la majorité.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.