Andry Rajoelina : « Ecrire une nouvelle page de l’histoire avec le Kianja Masoandro »  

« Lorsqu’il n’y a pas d’ennemi de l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne pourront pas m’atteindre ». C’est ce qu’a déclaré dimanche soir le président Andry Rajoelina. Une manière à lui de répondre à ses détracteurs. Il affiche sa détermination et refuse de faire machine arrière, en ce qui concerne notamment la construction du Kianja Masoandro dans l’enceinte du Rova d’Antananarivo. « Ce projet me tient à cœur », a-t-il fait savoir. Bien malgré les polémiques, les travaux avancent et vont continuer d’avancer. Dimanche soir, le chef de l’Etat a réservé une grande partie de son émission pour défendre le projet en avançant des explications techniques, historiques, culturelles, mais aussi politiques. « Madagascar sous quelle forme souhaiterions-nous instaurer et laisser à la génération future ? Pour ma part je connais déjà la réponse », a-t-il lancé. A la veille de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance, Andry Rajoelina appelle les Malgaches à se projeter vers l’avenir en suivant le vent de la mondialisation, tout en se conformant à l’histoire et aux traditions ancestrales malgaches. En quelque sorte, il souhaite associer tradition et modernité afin que l’identité culturelle des Malgaches soit préservée dans les actions pour la modernisation et le développement du pays. Avec ce colisée qu’il vient d’instaurer dans l’Anaty Rova, Andry Rajoelina entend écrire une nouvelle page de l’histoire.

Béton. Le président a expliqué que l’architecture, le design, les facades, la frise supérieure,  les poteaux et les arches du Kianja Masoandro sont complètement identiques à ceux du Rova d’Antananarivo. En outre, pour rassurer les  » Taranak’Andriana « , le Chef de l’Etat affirme que le Kianja Masoandro dont la hauteur est de 6m ne cachera pas le Rova (38m). En ce qui concerne les polémiques autour de la construction de la fondation en béton armé, Andry Rajoelina réfute la responsabilité et affirme que les travaux de la superstructure ont débuté en 2005, c’est-à-dire sous l’ère Ravalomanana. En effet, à l’époque, un téléthon national a été lancé. Comme preuve, Andry Rajoelina sort un livre publié par l’association « Fanarenana ny Rova », intitulé « Manjakamiadana et le Rova d’Antananarivo : Un futur retrouvé ». La page 108 de ce livre affirme que le béton n’est pas du tout un nouveau venu dans le site du Rova car la Résidence Masoandro de Ranavalona III devait s’ériger sur des fondations en béton « à la romaine ». Le Chef de l’Etat a ensuite affirmé que bien malgré le  » manomeza kely hanamboarana ny Rova « , pendant quatre ans (de 2005 à 2009), les gens qui ont collecté les fonds n’ont réalisé que 20% des travaux en superstructure.

Appel d’offres. Continuant sur ses explications, Andry Rajoelina affirme que l’objectif pour cette réhabilitation du Rova est de faire revivre l’histoire aux visiteurs, mais aussi de promouvoir le secteur touristique à Madagascar. Une reconstitution de l’histoire de la Royauté Merina et la particularité de chaque Roi et Reine, leur mode de gouvernance, les décisions qui ont marqué leur Royaume, l’histoire de leur accession au trône,… seront entre autres exposés au Kianja Masoandro à travers des représentations théâtrales. « Quant au Rova d’Antananarivo, il sera réhabilité à l’identique », a réitéré le président de la République. En réponse aux attaques selon lesquelles le projet n’a pas respecté la procédure, Andry Rajoelina prouve le contraire en sortant les archives du journal qui a publié des insertions publicitaires y afférentes au mois d’août et septembre 2019. En effet, les travaux de construction du Rova d’Antananarivo a bel et bien fait l’objet d’avis d’appels d’offres publics. « Affirmer que ce projet a été réalisé en catimini et n’a pas été présenté au grand public relève d’une mauvaise foi manifeste », soutient-il. Après la réhabilitation, le prix d’entrée sera de 100.000 Ariary pour les étrangers. Pour les nationaux, le tarif sera de 10.000 Ariary pour les adultes et 2.000 Ariary pour les étudiants.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

8 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Rajoelina a beaucoup d’ennemis de l’intérieur. Il devrait se méfier de son entourage proche.

  2. Du temps de l’incendie du rova et la fameuse exhumation ,autant de sacrilèges,bien que des critiques fusaient,les reseaux sociaux n’exitaient pas et que la possibilité de commenter sur midi madagascar était un rêve! En réplique à votre « la caravane passe »! Attention au  » vorona azon’adala » leray

  3. Georges Pompidou a cree le Centre de son nom,Francois Mitterand une Bibliotheque particuliere, chacun voulant s’identifier a une oeuvre pour les generations futures. Aucun des deux n’a empiete, ou denature, un
    endroit quelconque, laissant pour l’avenir un souvenir intact, indiscutable, voire suscitant de la part des gens, un sentiment de reconnaissance, On n’aurait jamais deplore le Kianja Masoandro (K,M,) si son promoteur avait choisi un endroit privilegie autre que l’enceinte du Rova, au lieu de denaturer ce monument unique,sacrileger les lieux,offusquant toute une frange de la population. Il est impensable que le choix des lieux serait unanime-
    ment applaudi, echapperait a la polemique et a la condanmnation pour qui ce choix est une povocation, On ne peut pas s’empecher de penser, avec un certain malaise, a une certaine incongruite a la base des debats,

  4. Autre  » dicton » que l’on pourrait citer aussi: …la caravane passe!
    Où étaient-ils tous ces biens pensants (et « connaissants »divers, dont des experts passe-partout sur tous propos : de l’armée, de la musique, de la mode, de la poésie, de l’économie, de l’histoire merina etc etc …) pendant et après l’incendie du Rova? et lors des EXHUMATIONS ET TRANSFERTS de leurs « Ascendants »- évoqués officiellement dernièrement, et que personne n’a démentis…! –
    ces proclamants Taranaka etc…?
    Et de la même façon, aucune émotion générale connue de leur part lors du très facile vol de la couronne- non retrouvée depuis – de la Reine à Andafiavaratra!

  5. « se projeter vers l’avenir en suivant le vent de la mondialisatiom tout en se conformant à l’histoire et aux traditions ancestrales malgaches ».De beaux mots.Quelle est notre histoire? La reine ranavalona3 a été exilée par les français qui jusqu’à présent se moquent des malgaches!Voilà des ennemis de l’extérieur qu’il faut absolument vaincre,et inviter macron pour le 26 juin serait se moquer des malgaches.Nos traditions ancestrales?Ranavalona2 a décidée la construction d’un temple protestant dans la cour du rova.Seul(e) le roi ou la reine est hahilité(e) à décider d’une éventuelle construction ou changement dans la cour du rova comme la décision d’une famadihana(du masina ou pas) est de la seule compétence de la famille concernée.Un président de la république n’est pas un roi,il est élu et non pas un héritier donc de devrait jamais se prévaloir des compétences strictement reservées au roi et taranak’andriana.La construction du kianja masoandro dans la cour du rova ne respecte donc nos traditions!

  6. Efa zavatra hafa kosa no tadiavina raha ireny no mbola tsy mazava. Fanohizana ny asa no misy fa tsy misy zava-baovao araka ny voizina ankehitriny. Dia iza no omena tsiny fa tsy ny fitondrana ankehitriny no nanomboka izany ?

  7. La nouvelle bâtisse ne dénature pas le Rova déjà malmené.
    L’indignation actuelle se comprend tout à fait car on pense que l »identité culturelle est souillée.
    Soit, mais sachons que l »identité culturelle dont fait partie la langue ne peut pas être ni figée ni immuable. Elle évolue au fil du temps. Les malgaches portaient avec fierté des salaka. Heureusement on a évolué depuis. N’est ce pas?
    L’actuelle construction nous ramène loin derrière en liant notre passé à celui d’une autre civilisation prestigieuse. Un fait qui devrait servir de déclic culturel à nous malagasy si fiers. Mais plus tard, je pense que nos enfants seront fiers de présenter le Rova qui trône à côté du coliseum malagasy. Toute proportion gardée, c’est bien pour cette raison d’ailleurs qu’a été implantée au beau milieu des bâtisses séculaires la fameuse pyramide du Louvre à Paris. Que de rejet et de dégoût à l’époque de la part des pourfendeurs de leur patrimoine culturel. Il convient de dire que la pyramide si honnie constitue actuellement un des sites phares du tourisme et de la fierté française tout simplement parce qu’ elle a donné une nouvelle vie à un haut lieu culturel parisien. Tout le monde en est bien content. Juste une remarque bien perso: il n’y a pas bien loin du Capitole à la roche Tarpeiene. En malgache, ce serait: tsy lavitry ny Lapa ny hantsan’ Ambohimitsimbina.

  8. A ces prix là, pas certain qu’il y aura foule !!!!!! et arrêter de prendre les touristes comme de « grosses vaches à lait » !!

Poster un commentaire