Ministère de l’Education nationale : Paul Rabary ne brigue pas le poste

En réaction à la publication effectuée hier sur facebook, bon nombre d’observateurs soupçonnent un clin d’œil lancé à l’endroit du président de la République.

La passation de service entre la désormais ex-ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et Professionnelle, Rijasoa Josoa Andriamanana et la ministre intérimaire au sein de ce département, Assoumacou Elia Béatrice s’est déroulée hier. Le retour à la vie normale est désormais officiel pour celle qui occupe la scène médiatique ces derniers temps avec l’histoire de l’achat de bonbons à 8 milliards d’ariary. Depuis son départ, la course au « seza » est complètement lancée. Les « Zanak’i Boeny » ayant contesté dans un premier temps le limogeage de leur représentante au sein du gouvernement, ont tenté de faire pression pour la nomination d’un autre natif de cette Région à la tête du Ministère de l’Education nationale. Des membres de l’actuel staff dudit Ministère œuvrent et manœuvrent également afin que le poste soit confié à l’actuel Secrétaire général du Ministère. Ils pensent que celui-ci est le mieux placé pour maîtriser ce département.

40 000 enseignants. Quant à lui, l’ancien ministre de l’Education nationale, du temps du régime « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », Paul Rabary dément l’information selon laquelle il brigue ce poste. « La politique n’est pas un objectif mais une étape dans la vie. Je ne demande pas ce poste et je ne songe pas y revenir ». C’est ce qu’il a publié sur son compte facebook hier. Une manière à lui de répondre aux enseignants qui selon lui, sont nombreux à solliciter son retour au Ministère de l’Education nationale. Tout en affirmant que retourner au sein du gouvernement ne l’intéresse pas, cet ancien baron des « Kravaty manga » met en avant ses réalisations au sein de ce département. « J’adresse une pensée particulière aux 40 000 enseignants FRAM que nous avions recrutés et ceux qui attendent toujours leur tour », annonce-t-il. Une déclaration que bon nombre d’observateurs considèrent comme un clin d’œil lancé à l’endroit du président Andry Rajoelina. Ayant quitté le clan Rajaonarimampianina juste avant le début du processus électoral de 2018, Paul Rabary a brigué la Magistrature suprême  sous les couleurs du « Miasa ho an’i Madagasikara » et a obtenu 0,98% de voix à l’issue du premier tour. Depuis, il s’est rangé du côté des centristes tout en avançant des critiques plutôt positives envers le régime Rajoelina. Toutefois, dernièrement, il a haussé le ton pour dénoncer le projet de construction d’un Colisée dans l’enceinte du Rova d’Antananarivo. Reste à savoir si le président Andry Rajoelina optera pour l’ouverture et prendra en considération ce clin d’œil à peine… voilé.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Tout le monde sait la pratique malsaine en politique à Madagascar. Il ne faut pas être bernée par les bonnes paroles car c’est à l’oeuvre qu’on connait l’artisan.

    La notion d’éthique est encore loin dans notre pays!!!! c’est dommage!!!!!

    Vous vous souvenez???? Quand le bateau était sur le point de couler, beaucoup de rats ont déjà quitté le navire!!!!

  2. encore un nul et retourneur de veste et sans scrupule ….!? n’y a-t-il plus vraiment personne dans ce pays..?? on se le demande ce qu’il a fait????.. il a recruté des gens ( où il y a peut-être des compétents!!..) comme enseignants titulaires directs, au lieu de les former d’abord et les faire passer des tests,.. quelle qualité d’éducation va-t-on avoir avec tout ça..?? etc..etc..

  3. Tant mieux pour lui,
    et surtout pour tous, sauf les quelques zéro-virgules (0,9%) qui voulaient le voir Président de la République de Madagascar (!!!). Il a quitté le HVM, qui l’a pourtant mis en avant pour la première fois, avec comme « performance ou réalisations » les apports des 40.000 supporters présumés.  » Clin d’oeil à peine voilé », dit ce journaliste : tout le monde est libre de ses propres opinions, car c’en est une surtout, avant d’être une INFORMATION.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.