Petites Mines : Demande d’exonération du paiement des FA 2020

Les Petites Mines travaillent pierre par pierre.

L’appui aux opérateurs malagasy – y compris ceux du secteur minier – fait partie des « Velirano » du président de la République qui a réitéré son engagement face aux impacts socio-économiques de la pandémie de Covid-19.

A la différence des « Grandes Mines » qui appartiennent à d’importants groupes étrangers, les « Petites Mines » regroupent les exploitants miniers malagasy. Lesquels ne pouvaient pas, en raison du confinement, se rendre dans les régions où se trouvent en général leurs carrières qui sont exposées à des effondrements à cause des aléas climatiques et/ou faute d’entretien. Sans parler des « envahissements » par des personnes qui profitaient du confinement des titulaires de permis pour squatter les lieux ou se livrer à des exploitations illicites.

7 mois d’inactivité. Les opérateurs miniers malagasy croulent sous le poids des charges fixes. Entre autres et non des moindres, les salaires de leurs employés qu’ils se sont efforcés, pour des raisons socio-économiques de ne pas licencier ni même d’envoyer en chômage technique. S’ils acceptent de s’acquitter des différents impôts et taxes (IR, IS, IRSA, TVA) dans les conditions fixées par l’Etat, ils demandent en revanche à être exonéré du paiement des « Frais d’Administration Minière » (FA) au titre de l’exercice 2020 car cela fait presque 7 mois que leurs activités sont à l’arrêt.

Retrait de permis. En effet, alors qu’ils comptaient reprendre les exploitations après la saison des pluies qui avait duré de décembre 2019 à la mi-mars 2020, il y a eu le confinement pour cause de coronavirus. Les Petites Mines, qui ont déjà du mal à se constituer un fonds de redémarrage, ne peuvent plus régler les Frais d’Administration Minière. Or, s’ils ne paient pas les FA, ils s’exposent au retrait de leurs permis miniers d’exploitation qui sont au nombre de 16.800. Ce qui mettrait en péril les exploitants miniers malagasy qui ont travaillé pendant des années et payé les FA durant plusieurs exercices. Et qui ne veulent ni ne peuvent s’endetter davantage auprès des banques car le secteur minier est aléatoire. Nul ne peut deviner ce que réserve une exploitation.

Fierté nationale et Patriotisme. C’est pour cela qu’ils lancent, dans le cadre du Plan Multisectoriel d’Urgence, un appel solennel au chef de l’Etat qui est aussi un « mpandraharaha malagasy » comme il l’a rappelé lors de son intervention radiotélévisée de dimanche dernier. « En votre qualité de Raiamandreny de tous les Malagasy, nous comptons sur votre bienveillance pour nous exempter du paiement des Frais d’Administration Minière pour l’année 2020 », supplient-ils. Ils craignent que le retrait éventuel de leur permis d’exploitation pour non paiement des FA ne profite aux exploitants étrangers, alors que le pays célèbre le 60e anniversaire de l’Indépendance placé sous le double signe de la « Fierté nationale » et du « Patriotisme ». « Nous sommes convaincus que vous comprenez nos préoccupations et nos problèmes », ajoutent les exploitants miniers malagasy. Ils fondent l’avenir des « Petites Mines » sur le président de la République. Ils espèrent d’ailleurs être représentés lors de la prochaine rencontre entre le locataire d’Iavoloha et les PMI/PME pour apporter leur …pierre à l’édifice de la relance économique.

R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.