Remaniement : Un ministre brigue la Primature

Plusieurs noms d’acteurs politiques briguant la Primature circulent dans les coulisses.

Des acteurs politiques œuvrent et manœuvrent en vue d’obtenir un « seza » au sein du futur gouvernement.

La Présidence de la République dément les rumeurs autour d’un éventuel remaniement gouvernemental. Un haut responsable à Ambohitsorohitra a affirmé cette semaine qu’un changement du gouvernement n’est pas à l’ordre du jour. En effet, sur le terrain, l’on voit que le sujet ne figure pas parmi les priorités du moment du président Andry Rajoelina qui fournit tous les efforts et appelle tout un chacun à se concentrer sur la lutte contre le COVID-19. L’on sait cependant que dans les coulisses, les tractations sont en cours. Des politiciens œuvrent et manœuvrent en vue d’obtenir un « seza » au sein du futur gouvernement. Et ce, même si l’on sait que le Chef de l’Etat ne procèdera pas à un remaniement gouvernemental en pleine période de crise sanitaire où le pic de la pandémie ne semble plus très loin. L’on sait que mis à part les politiciens de l’opposition et les membres du « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) qui tentent de faire pression sur les tenants du pouvoir afin de réclamer la mise en place d’un gouvernement de salut public, des partisans du pouvoir mènent aussi des lobbyings. A l’exemple d’un membre de l’actuel gouvernement qui brigue la Primature et tente de convaincre les différentes entités.

« Tso-drano ». De sources bien informées, ce ministre se serait rendu à Andohalo dans le courant de la semaine du 26 juin dernier pour demander le « tso-drano » de l’Eglise catholique. Ce même responsable qui se dit bénéficier du soutien d’un groupe d’Officiers Généraux et de députés, aurait aussi effectué une démarche auprès de l’archevêque d’Antsiranana. Mais si l’on s’en tient à nos sources, pour l’heure, sa démarche n’a pas obtenu, du moins pour le moment, le feu vert de l’Eglise qui préfère jouer son rôle de Raiamandreny et laisser les actions politiques aux politiciens. Des noms de prétendants au poste de Premier ministre circulent également dans les coulisses. Depuis quelque temps, des réunions politiques sont organisées du côté de Faravohitra. Le poste de ministre de l’Education nationale étant encore vacant, le Chef de l’Etat devrait donc nommer son successeur pour que ce département considéré comme l’un des Ministères clés puisse fonctionner efficacement. La question de connaître le bon moment et choisir si ce sera un remaniement partiel ou un remaniement total revient uniquement au président Andry Rajoelina. Reste à savoir si ces tractations et travaux de couloir vont réussir.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Le PM actuel est l’homme à abattre ! Il devient de plus en plus encombrant pour l’égo de certains . L’homme a la côte auprès d’une partie de l’opinion . Technicien il ne se verse pas dans la démagogie et le populisme .

  2. C’EST NUL NUL NUL ET CELA RESTERA TOUJOURS NUL……..SURTOUT MALVENU ET DEGUELASSE EN CES TEMPS DE CRISE……IL VEUT DEVENIR 1er MINISTRE POUR FAIRE QUOI???…. LA REPONSE EST CLAIRE POUR TOUS : PIQUER AUSSI DANS LES CAISSES…. A moins que Mr NTSAY en a mare pour des raisons que moi je peux comprendre ( sans vouloir en dire plus)..;

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.