Pavillons d’Analakely : La décision du maire suspendue par le tribunal administratif

Les pavillons de la discorde

Le tribunal administratif a décidé de suspendre l’exécution de la décision de la mairie d’Antananarivo de démolir les pavillons commerciaux sur l’esplanade d’Analakely.

Le démarrage du nouveau projet du maire d’Antananarivo, Naina Andriatsitohaina, sur l’esplanade d’Analakely devrait attendre. Le tribunal administratif vient de suspendre l’exécution de la décision de la mairie de raser les pavillons qui y ont été construits en 2016. Ils ont servi à des commerces de nouvelles technologies, d’habillements, de maroquineries et d’articles de cadeau, ainsi que la restauration.

Démolir. L’équipe dirigeante de la mairie décide de les abandonner pour y implanter de nouveaux projets mais elle s’est heurtée à la contestation des propriétaires de ces pavillons qui brandissent une convention décennale de partenariat contractée avec la mairie. Une ligne de défense qui n’était pas suffisante pour faire plier Naina Andriatsitohaina, déterminé à jamais à démolir les pavillons en question. En effet, après le préavis que la mairie leur a adressé, en début de ce mois, afin qu’ils quittent définitivement les lieux dans les trois mois à venir, les propriétaires portent l’affaire devant la justice.

Assainissement. Ces pavillons ont marqué le mandat de Lalao Ravalomanana à la mairie d’Antananarivo et le raccourci politique est vite fait, par les observateurs, dans cette affaire comme quoi, l’actuel maire, élu sous les couleurs du parti présidentiel, veut effacer les traces de son prédécesseur. Les partisans du parti Tiako i Madagasikara, eux, sont virulents pour dénoncer le projet de la mairie, laquelle, pour sa part, reste convaincue de la nécessité d’y faire ériger un autre projet qui entre dans le cadre de l’assainissement de la ville.

Expulsion. Par ailleurs, le verdict du tribunal administratif est attendu ce jour concernant une autre affaire qui cite la mairie d’Antananarivo. Il s’agit, en fait, de l’expulsion de la société MBS, créée par la famille Ravalomanana, d’un local appartenant à la Commune Urbaine d’Antananarivo à Anosipatrana. Cette société audiovisuelle, présent sur ce lieu pendant 20 ans, a décidé de recourir à la justice pour attaquer la décision du maire d’Antananarivo qui la fait partir de son siège pour un autre endroit.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. C’est le tribunal administratif qui a décidé,d’une part,principe de continuité de l’état oblige,d’autre part,la construction de l’esplanade a occasionné des dépenses aux contribuables et qu’il n’y a pas lieu de les jeter à la poubelle uniquement par haine de son prédécesseur or que l’on crie sur tous les toits que NY FITIAVANA NO LEHIBE INDRINDRA.Quant aux supposés arriérés,on les a déjà entendu du temps où le hvm a été au pouvoir,l’on a déjà entendu proposer(si ma mémoire ne me trahit pas) leur disfalcation du dédommagement que le gouvernement malagasy devra payé au groupe magro/tiko en compensation des dégâts occasionnés par le fameux lundi noir(komity ny fihavanam-pirenena). Il appartient à l’Etat de donner le premier exemple de bon payeur, voilà la vraie suprématie si je ne me trompe!

  2. @raoera

    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis eh oui ça se voit ! On a la preuve encore que vous êtes un fanatique borné et un malhonnête certainement comme votre gourou à Faravohitra ! Vous n’éprouvez aucune honte à défendre un voleur avec ses 71,7 milliards d’ariary d’arriérés d’impôts . Il y a eu entorse à la législation fiscale POINT BARRE !

  3. Bonjour,
    L’équipe dirigeante actuelle est truffée de « fantoches » et de « marionnettes ». Aucune initiative, aucun sens de responsabilité. Elle se fait manipuler, à tout bout de champ, à cause de …. »seza ». Ce sont des caïmans affamés (mamba noana) qui s’enrichissent sur le dos des pauvres compatriotes. Et c’est flagrant. Et c’est ainsi qu’on progresse. Laissez moi rire. Des exemples, vous voulez! Non, je ne me permettrai point car c’est la honte et par respect de notre pacte.
    Bon courage

  4. Le ridicule il est à Faravohitra avec son osy mainty qui bêle dès qu’on touche aux intérêts mal acquis de son maître . De toute façon pour le maire actuel ce n’est qu’un sursis qui n’altérera pas sa volonté d’assainir la ville avec les magouilles de NENY de MPANDINIKA …

  5. je croyais que ce maire était plus intelligent que çà ..mais je me trompe sur toutes les lignes ( autant pour moi)..
    en fait il est encore plus ridicule et plus nul qu’on le croit..

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.