COVID19 : Déconfinement attendu

Le président Andry Rajoelina tiendra demain un discours très attendu. ( Photo d’archives)

Les chiffres ne cessent de baisser aussi bien à Tana que dans les autres villes touchées par le coronavirus. Hier, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle a annoncé 64 nouveaux cas confirmés et 1 décès liés à cette pandémie.

Des chiffres qui paraissent loin des réalités d’il y a un mois où l’on a compté plusieurs centaines de personnes contaminées par jour. En effet, à l’allure où vont les choses, la Grande Ile pourrait réussir à vaincre la COVID-19 d’ici peu. A noter toutefois que pour l’heure, on est loin d’être sorti de l’auberge. Le respect strict des gestes barrières est toujours de mise, surtout à Antananarivo et dans les autres régions où l’on recense encore des nouveaux cas. Quoiqu’il en soit, on entame ce dimanche le 12e round de l’Etat d’urgence sanitaire dans le cadre de la COVID-19. Comme à l’accoutumée, un Conseil des ministres sera organisé ce jour pour prendre la décision relative à la prolongation de l’État d’urgence sanitaire sur toute l’étendue du territoire de Madagascar. Et ce, après l’habituelle consultation des Chefs d’Institutions et de l’Académie des médecines. Le président Andry Rajoelina tiendra demain un discours très attendu pendant lequel il annoncera les nouvelles mesures. Bon nombre d’observateurs s’attendent à un déconfinement.

Reprise des activités. Lasse des 5 mois de crise sanitaire, la population réclame plus de liberté. L’économie des ménages est complètement affectée. La reprise des activités est fortement réclamée, notamment pour les transports nationaux et régionaux, ainsi que pour les taxi-be à Tana qui n’ont pas travaillé depuis plusieurs mois. Cette semaine, une réunion avec l’ATT a été organisée.  » En vue de préparer la reprise des activités « , a-t-on laissé entendre. Reste à savoir si tous ces cris de détresse des opérateurs ont été entendus par l’Exécutif, sachant qu’un déconfinement signifie un risque élevé de contamination en cas de non-respect des gestes barrières. Des mesures d’accompagnement doivent être prises pour éviter un nouveau re-confinement.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Dans un pays ou l’indiscipline frise l’anarchie collective faute d’education civique pour asseoir la Citoyennete responsable
    Les consequences desastreuses du confinement a rallonge etaient previsibles et inevitables
    Le deconfinemeent est un mal necessaire pour ne pas asphyxier davantage le Pays

  2. le choix est très difficile : l’économie est fortement flagellée, la récente fermeture de magro ferait du bien à l’économie et à l’industrie malgache! Il faut aussi reconnaître que la vie ou le souflle ne se vende pas au marché! Le pouvoir d’achat des malgache est au plus bas, le marché du travail est de plus en plus confiné malgré un déconfinement en vue des personnes! La compétence du gouvernement sera encore une fois mise à l’épreuve car comme on a l’habitude d’entendre: « on ne change pas une équipe qui gagne »!

  3. · Edit

    Félicitations à l’Institut Pasteur de Madagascar:
    .
    Les travaux de l’Institut Pasteur de Madagascar reconnus dans le monde. Deux membres de son équipe ont reçu le prix du Centers for Diseases Control (CDC) Center for Global Health Director’s Partnership Award dans la catégorie Mixed team.
    L’équipe gagnante est composée du Pr Milijaona Randrianarivelojosia, chef de l’Unité de recherche sur le paludisme et du Dr Laurence Baril, responsable de l’Unité d’épidémiologie et de recherche clinique de l’IPM jusqu’en septembre 2019.

    Bonne santé à tous
    Rakoto de Montpellier

  4. L’économie est en lambeaux. Elle ne survit que grâce à la générosité des bailleurs en fonds et en matériels. La population est exangue et la pauvreté accrue. Les bénéfices des entreprises qui font les impôts de demain sont inexistantes. Tous les acteurs économiques sont à genoux, voire pire. A un moment, il faut choisir. Où l’avenir, où la peur de l’avenir. Aujourd’hui les structures sanitaires disposent des moyens pour gérer l’éventuel. Il est grand temps de faire preuve de courage et d’ouvrir le pays. Chacun assumera ses risques.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.