Réconciliation nationale : Opportunité ratée par Rajaonarimampianina

Où conduira l’alliance créée entre les deux anciens chefs d’État pour faire face à l’actuel président de la République ?

Quand les victimes des différentes crises politiques survenues dans le pays refont surface et veulent être indemnisées après avoir perdu beaucoup de leurs biens, et surtout de leur dignité, le concept de réconciliation nationale est remis sur le tapis.

Le régime Rajaonarimampianina a avancé d’un pas en faveur de la réconciliation nationale. La loi 2016-037 a été adoptée et le concept a été institutionnalisé. L’adoption de ce texte qui régira ainsi la réconciliation nationale a été motivée pour lancer un processus de « fampihavanana malagasy » afin de prévenir les crises récurrentes ; de soigner et de guérir les blessures individuelles et collectives du passé ; et d’établir de saines fondations pour l’avenir et le développement économique de la Nation . De quoi faire jubiler les défenseurs d’un tel processus qui y voient une volonté du régime de passer réellement  aux choses sérieuses. Le « sommet à cinq » des anciens présidents de la République et chefs d’Etat, organisé par Hery Rajaonarimampianina en décembre 2014 au Centre de conférence international, a également été attendu pour offrir une bouffée d’air frais à l’atmosphère politique très tendue de l’après-crise.

 Vérité. Vient ensuite la mise en place du « conseil du fampihavanana malagasy », revu et corrigé par le régime Rajaonarimampianina, qui figure parmi les « innovations » vantées par la nouvelle loi qui vient d’être adoptée. Ce conseil est « appelé à travailler sur la réconciliation nationale selon le concept “vérité, justice, pardon/amnistie et réconciliation nationale” pour établir une atmosphère politique sereine, instaurant un environnement favorable à un fonctionnement apaisé des institutions ». Mais plusieurs années après sa création, les victimes des crises réclament toujours justice envers l’Etat. Et si la loi a abordé « la réparation et/ou l’indemnisation des victimes de toutes les situations conflictuelles historiques et contemporaines, l’objectif recherché est de guérir les blessures collectives ou individuelles pour faire face solidairement au défi du développement pour l’avenir ».

 Fonds. Mais depuis l’adoption de la nouvelle loi et la mise en place du « conseil du fampihavanana malagasy », les vrais enjeux du concept ont été mis sous le boisseau par le régime Rajaonarimampianina. L’application des dispositions diverses stipulées par le nouveau texte a vite été oubliée, notamment celles relatives à la mise en place du fonds national de solidarité, l’indemnisation et la réparation des victimes des différentes crises. Le régime HVM évite le sujet et botte en touche les exigences du nouveau texte. Aussi, le processus et le mécanisme de réconciliation nationale selon le concept « vérité, justice, pardon/amnistie et réconciliation nationale », tel qu’il a été prévu par les dispositions de la loi 2016-037, n’a démarré à aucun moment sous l’impulsion de l’ancien président de la République. Ce dernier qui avait pourtant jeté les bases juridiques d’une telle initiative. L’opportunité d’aborder la réconciliation nationale dans sa profondeur a donc été ratée par Hery Rajaonarimampianina.

Recueillis par Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. « Réconciliation nationale »
    La NATION se résume à ces trois-là ! Facile à comprendre pourquoi on est à ce niveau-là.

  2. LUI…. de toute façon A TOUT RÂTE.. et GÂCHE … jamais il n’y a eu autant de voleurs et d’escrocs aux commandes du pays….

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.