CRAAD-OI sur le cas de Vohilava : Pour de lourdes sanctions à l’encontre de la société MAC LAI SIME GIANNA

Selon un communiqué remis à la presse, le Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement – Océan Indien (CRAAD-OI) et la (PFNOSCM/VOIFIRAISANA) ont de nouveau émis leurs idées concernant le cas Vohilava Mananjary. Ils ont ainsi souligné que « les conclusions du Comité Interministériel qui a effectué une mission d’évaluation à Vohilava ont confirmé l’existence de nombreux dommages catastrophiques causés par l’exploitation aurifère de la société Mac Lai Sime, y compris la destruction des écosystèmes environnants. Ces constats ont abouti à la décision du président de la République d’ordonner la fermeture immédiate de toutes les exploitations aurifères illicites de la région, une décision salutaire qui est d’une importance vitale pour l’avenir des populations locales ».

Décision. Les organisations signataires du présent communiqué se réjouissent donc de cette décision et de la volonté dont l’Etat malagasy a fait preuve pour mieux assurer la protection des droits humains des populations locales. En effet, la déclaration de Madame la Ministre de l’Environnement et du Développement Durable concernant l’importance capitale de l’acceptabilité sociale vis-à-vis des différents projets miniers, combinée avec cette décision présidentielle, nous laissent espérer que la primauté sera désormais donnée au respect des droits fondamentaux des communautés sur les intérêts privés des compagnies minières.

Mesures urgentes. Ils ont aussi déclaré que « nous renouvelons néanmoins notre appel pour l’application de lourdes sanctions à l’encontre de la société MAC LAI SIME GIANNA (M.L.S.G.,), y inclus des mesures urgentes de réparation à l’endroit des communautés affectées par les graves dommages qu’elle leur a causés depuis le début de ses opérations. Nous réitérons nos félicitations aux autorités malagasy et encourageons les responsables gouvernementaux à rester à l’écoute des communautés concernées, et à assumer pleinement leurs responsabilités dans la mise en place d’un cadre de gouvernance de tous les projets de développement socio-économique qui soit réellement respectueux des droits humains, des intérêts nationaux et du développement durable à Madagascar ».

Recueillis par Dominique R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.