73,7kg d’or en Afrique du Sud : L’Etat Malagasy saisit le PAC, une procédure de rapatriement enclenchée

Andry Rajoelina exige que tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire soient traduits devant la Justice.

L’affaire de l’exportation illicite de 73,7kg d’or qui ont été saisis au niveau des Douanes en Afrique du Sud est devenue une affaire d’Etat. Le sujet a été évoqué durant le Conseil des ministres d’hier. En effet, l’Etat Malagasy a décidé de porter plainte pour faire la lumière sur cette affaire mais aussi et surtout pour sanctionner tous ceux qui y sont impliqués. Les instructions émanent directement du président Andry Rajoelina qui refuse que les faits tombent dans l’impunité. Selon les explications, l’Etat Malagasy a saisi le Pôle Anti-Corruption et tous les inculpés vont être traduits devant cette juridiction aux 67Ha dans les plus brefs délais. Les ministres responsables ont quant à eux, reçu l’ordre de tout faire pour rapatrier ces lingots d’or et pour les placer au niveau de la Banque centrale de Madagascar. « Toutes les tentatives d’interventions et tous ceux qui prévoient de faire blocage au rapatriement de ces 73,7kg d’or seront poursuivis et seront sévèrement sanctionnés », averti l’Exécutif, tout en soutenant que des négociations vont être menées avec le Gouvernement sud-africain.

Coopération judiciaire. La question est pour le moment de savoir si l’accord de coopération judiciaire entre Madagascar et l’Afrique du Sud est opérationnel. Sous la Transition, la ministre des Affaires Etrangères de l’époque, Atallah Béatrice a œuvré pour la signature d’un accord minier, d’un mémorandum pour une coopération judiciaire, d’un accord dans le domaine du sauvetage et de recherche, ainsi que d’un protocole d’entente dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche entre les deux pays. Quoi qu’il en soit, cette affaire de 73,7kg d’or va relancer les débats autour de ce sujet. Pour sa part, le président Andry Rajoelina exige que tous les responsables impliqués dans cette magouille soient traduits devant la Justice, y compris les hauts dirigeants car nul n’ignore que le transport de cet énorme colis a nécessité une intervention d’ « en haut lieu ». Il convient d’ailleurs de rappeler que le Gouvernement a déjà pris la décision de suspension de l’exportation d’or et des pierres précieuses depuis le mois d’octobre 2020.

Directives. La présentation du Plan pour l’Emergence de Madagascar (PEM) devant les partenaires techniques et financiers, et devant le peuple Malagasy, par le président Andry Rajoelina aura lieu le 19 janvier prochain. Durant le Conseil des ministres d’hier, le numéro Un d’Iavoloha a donné des directives aux membres du gouvernement par rapport aux défis, ainsi que les enjeux de cette année 2021, qui va marquer le mi-mandat. Le Chef de l’Etat bouscule les ministres en leur rappelant de prioriser les actions qui ont des impacts directs sur le social de la population. Pour ce qui est des infrastructures, Andry Rajoelina exige le commencement dans l’immédiat des projets relatifs à la construction des routes, l’installation du tramway, ainsi que l’implantation des équipements liés à l’énergie renouvelable et à l’eau potable aussi bien dans les milieux urbains que ruraux. Il exige aussi que la procédure d’implantation de la nouvelle ville Tanamasoandro à Imerintsiatosika débute dès ce mois de janvier. Une brigade spéciale qui se chargera de veiller à la mise en œuvre de ce projet sera mise en place au niveau du Ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics et du Vice-Ministère en charge des Nouvelles villes. En effet, le Chef de l’Etat persiste et signe pour le lancement durant cette année 2021, de tous les projets phares de son Velirano. La question est de savoir si les membres du gouvernement parviendront à suivre le rythme imposé par le TGV.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.