Opposition : Mobilisation au niveau des bases

Les lieutenants de Marc Ravalomanana au grand complet à Faravohitra.

L’opposition a choisi de ne pas faire la trêve durant les périodes de fêtes.

A Tuléar, le démembrement du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara a saisi l’occasion d’une présentation de vœux pour redynamiser le parti dans cette ville. Depuis le départ de Hery Rajaonarimampianina de la magistrature suprême, le parti a battu de l’aile. Beaucoup de membres ont quitté la barque, d’autres ont tourné casaque. Les deux dernières années ont été chaotiques pour le HVM. Mais, ces derniers mois, le parti tente de se relever. La crise sanitaire traversée par le pays depuis mars dernier est une opportunité pour le parti de rebondir sur la scène politique. Et le discours de l’ancien président, en résidence à Paris, avant la veille de Noël a apporté une bouffée d’oxygène au parti et ses bases se remobilisent à petit pas.

Troupes. Ses alliés du parti Tiako i Madagasikara ont, eux aussi, prêté le même chemin. Au niveau de ce principal parti de l’opposition, la trêve durant les fêtes relève de l’histoire ancienne. Les leaders du parti n’ont pas chômé durant les fêtes du nouvel an et de la Nativité. Notamment avant la fête de Noël, le parti de Marc Ravalomanana a remis sur pied sa branche dans le district d’Ambohidratrimo. Et le parti compte remobiliser ses troupes dans les autres districts. En mi-décembre, le parti TIM, a déjà fait une descente dans la partie sud de l’île pour donner du souffle à ses militants à Tuléar. Le secrétaire général du parti, Riana Randriamasinoro, a fait le déplacement pour cette occasion.

Gouffre. « A l’occasion des allocutions données par Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina dans le cadre du nouvel an, ces derniers ont lancé un appel pour exhorter leurs militants et les cadres de leur parti à se montrer déterminés pour des enjeux futurs. « Il est temps de changer », a lancé Hery Rajaonarimampianina. « Etant donné que le pays figure parmi les plus pauvres au monde, à cause de la mauvaise gouvernance, le temps est venu pour sauver le pays de cette gouffre. Il est également temps de rassembler les forces vives », a quant à lui soutenu, le président national du parti TIM le 02 janvier dernier à Faravohitra.

Soulèvement. Mais que mijote alors l’opposition ? Le discours de Marc Ravalomanana lors de la présentation de vœux à ses partisans à sa résidence a dégagé une forte odeur de soulèvement. Toujours aussi pétaradant, l’ancien président essaie de galvaniser ses militants. Compte-t-il alors mobiliser pour une manifestation publique ? En face de lui, les partisans du pouvoir accusent le coup. Et tout projet de manif dans la capitale risque fort de se heurter à un mur d’interdiction.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.