Exportation illicite de 73,5 kg d’or : Procès renvoyé le 01er février en Afrique du Sud

Le pôle anti-corruption rassure que ces magistrats ne subissent aucune pression dans le traitement de cette affaire.

Alors que dans le pays, l’administration pédale fort pour accélérer le dénouement de l’affaire d’exportation illicite de 73,5 kg d’or au pays de Mandela, le rythme est beaucoup moins intense.

Une comparution des trois malgaches arrêtés à Johannesburg dans le cadre de l’exportation illicite d’or est reportée pour le 1er février prochain, selon le directeur général des douanes, hier à son bureau à Antananinarenina. Ils sont prévus de comparaître devant le Kempton Park Magistrate’s Court, à l’est de Johannesburg, hier mardi, selon la presse sud-africaine, mais le rendez-vous n’a pas eu lieu. Ils bénéficient ainsi d’autres 15 jours en plus pour mieux armer leur défense. Même si les possibles charges retenues contre eux pèsent lourds. « Il est possible que des accusations de blanchiment d’argent et de fraude soient portées contre les trois accusés à un stade ultérieur », a lancé Athlenda Mathe, porte-parole de la police sud-africaine, quelques heures après leur arrestation à l’aéroport international O.R. Tambo de Johannesburg.

Scandale. Dans le pays, le pôle anti-corruption, quant à lui, s’active pour juger ce dossier qui dégage une forte odeur de scandale. Et, visiblement le dossier n’est qu’à ses débuts. Les enquêtes se poursuivent, a rassuré le pôle anti-corruption, hier lors d’une conférence au siège de cette juridiction spécialisée aux 67ha. Des têtes sont déjà tombées. Et d’autres arrestations sont prévues, a affirmé, hier, le procureur général du pôle anti-corruption. Jusqu’à présent, 8 personnes mouillées dans cette affaire, dont 2 pilotes, un haut responsable au niveau de l’aviation civile de Madagascar, trois responsables de la compagnie aérienne STA et deux passagers du vol, ont été déjà appréhendées parmi les inculpés qui comptent, jusqu’à présent, 18 personnes, a affirmé le Pac. Elles sont accusées d’ « exportation clandestine de ressources naturelles, corruption, abus de fonction, faux et usage de faux » et se trouvent actuellement en détention provisoire dans la maison de force de Tsiafahy et à la prison d’Antanimora.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. POLE ANTI CORRUPTION …. C’EST QUOI ??? UNE ASSOCIATION DE POTES…. DES MAGISTRATS QUI ONT FAIT 5 ANNEES DE DROIT ( heureusement encore … ) ET LE RESTE DE TRAVERS … ON SUIT L’HISTOIRE NOUS !!!!

  2. · Edit

    C’est une leçon à nous cette affaire pourquoi ne pas exporter quelques chose par la voie normale et on gagne moins. Ici on espère gagner plus or çà finira mal.

  3. « Le pôle anti-corruption rassure que ces magistrats ne subissent aucune pression dans le traitement de cette affaire. »
    Tant que l’exécutif peut prendre des mesures disciplinaires (affectations…) contre les magistrats, il y aura toujours des pressions

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.