JIRAMA : Quid de l’audit de l’IGE ?

48h. C’était la durée de l’ultimatum ou du délai (c’est selon) que le président de la République Andry Rajoelina a donné aux responsables au sein de la JIRAMA pour rectifier les factures jugées exorbitantes reçues par les usagers. Ce délai ayant pris fin, l’on attend désormais la décision et/ou les sanctions du Chef de l’Etat. Nul n’ignore en effet que pendant plusieurs années, la Société d’eau et d’électricité de Madagascar fait face à de nombreuses difficultés et les services offerts sont loin d’être satisfaisants pour les consommateurs. Convaincu que les véritables problèmes de la JIRAMA sont au niveau de la gestion, aussi bien financière qu’administrative, le président Andry Rajoelina a demandé un audit au mois de février 2020. La mission a été confiée à l’Inspection Générale de l’Etat (IGE) qui est un organisme rattaché à la Présidence de la République. Mais un an après, aucun résultat. En tout cas, le grand public n’est au courant de rien par rapport aux résultats de cet audit qui ne devraient en aucun cas être tenus secrets car nul n’ignore que les problèmes de l’approvisionnement en eau et en électricité concernent et intéressent tous les Malgaches. Selon les informations, jusqu’ici, l’IGE n’aurait encore présenté aucun rapport concernant le dossier JIRAMA auprès du président de la République. Ici, le conditionnel est de rigueur car aucune source officielle n’a voulu confirmer ni infirmer l’info. Mais en cette période où la JIRAMA reste toujours au centre des polémiques, c’est plutôt primordial de publier toutes les infos y afférentes. La question est donc de savoir si cet audit est tombé à l’eau et/ou l’Inspection Générale de l’Etat, pourtant considérée comme l’organe suprême en matière de contrôle, a été inefficace dans ce dossier. Un échec qui devrait être intolérable au niveau de l’Administration publique, vu le fait que les problèmes de l’approvisionnement en eau et en électricité constituent un défi majeur pour le régime et figurent parmi les axes prioritaires du Velirano d’Andry Rajoelina. Quoi qu’il en soit, les résultats de l’audit doivent être rendus public, ne serait-ce que pour préserver la crédibilité de l’IGE qui est un organe important dans le domaine de la lutte contre les détournements et les malversations au niveau de l’Administration publique. D’autant plus que d’après les informations, des hauts responsables au sein de cet organisme sous tutelle de la Présidence de la République feraient actuellement l’objet de dossiers de poursuite auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco). Des arroseurs qui risqueraient d’être arrosés en quelque sorte. Histoire à suivre.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. lasa hoatrany hoe kilalaon-jaza zany ilay raharaha eto @ firenena

  2. Tsara ho fantatra ny vahoaka fa ny tarif optima izay nataony jirama dia natao hitsinjovana ny vahoaka manerana ny Madagascar iray manontola fa tsy natokana ho an’ny Antananarivo irery.
    Amiko raha tsy ampiharina indray io tarif io dia fitiavantena ny eto Antananarivo, satria hatrizay dia lafo ny vidinjiro any amin’ny faritra raha oharina amin’ny eto Antananarivo, io tarif optima lasa resabe io dia mampifanakaiky ny vidinjiro eto Antananarivo sy any amin’ny faritra.
    ka aoka mba hijery io akaiky ianareo député avy any amin’ny faritany fa tsy fotoanany fitiavantena ny eto Antananarivo intsony izao.
    Merci.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.