Pouvoir – Opposition : Le ton monte

Les échanges entre les deux camps deviennent de plus en plus virulents

La tension monte d’un cran sur la scène politique. Les échanges entre les partisans du pouvoir et les membres de l’opposition deviennent de plus en plus virulents, pendant ces derniers jours. Certaines figures des deux camps ont même perdu leur sang froid en public et ont oublié l’élégance dans leur manière de s’exprimer. Surtout sur les ondes, les interventions de certains leaders virent à des règlements de comptes personnels qui vont avec leur lot d’attaques ciblées. Et on laisse passer le débat sur les vrais sujets de fonds pour donner lieu à des confrontations futiles et violentes. Viennent, en plus, les comptes « fake » sur le réseau social Facebook qui polluent davantage ce débat, déjà au ras des pâquerettes. Les partisans de chaque camp, quant à eux, font le déballage sur la toile à propos de certaines figures des deux camps.

Attaques. L’opposition, quant à elle, poursuit la controversée émission quotidienne « miara-manonja » sur des chaînes partisanes et enfonce le régime. Cette production radiophonique est devenue un théâtre pour les leaders de l’opposition, tels que Vonison Andrianjato, Tabera Randriamanantsoa, Guy Maxime Ralaiseheno, et les députés du parti Tiako i Madagasikara, notamment le duo Hanitra Razafimanantsoa et Fidèle Razara Piera, pour lancer des attaques en règle contre le pouvoir en place. Mais leur ton est dur, touche dès fois des sujets d’ordre privé et ne peut laisser insensible le camp d’en face.

Troubles. Les députés de la majorité montent alors au créneau. Ils ont accusé ouvertement leurs collègues de l’opposition d’ « auteurs de diffusion de fausses nouvelles ». Ils appellent alors le bureau permanent à prendre sa responsabilité face à ces « dérives ». Un « rappel à l’ordre leur est nécessaire » a estimé le député élu à Miarinarivo, Fetra Rakotondrasoa. Ils craignent également que l’opposition mijote des « troubles ». Alors que, mardi dernier, le gouvernement a déjà mis en garde contre toute tentative de semer le trouble au pays, et promet, à cet effet, de mobiliser les forces de l’ordre si la situation dégénère.

Rapprochement. La tension est telle que d’autres formations politiques sortent en public pour appeler un « rapprochement entre les deux camps pour apaiser la situation ». Dans le camp de la majorité, on appelle également à ce que tout le monde garde son calme. « Le pays a besoin d’un climat apaisé», a défendu le député Andry Ratsivahiny, élu dans la circonscription d’Atsimondrano, qui a relayé l’appel du Premier ministre, mardi dernier. Mais cette intervention du chef du gouvernement n’a pas pu faire baisser le ton d’un cran. Les opposants ont, au contraire, vu d’un mauvais œil la sortie médiatique de Christian Ntsay, pour en faire une préoccupation lors de l’émission « miara-manonja », hier.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.