Imerinkasinina : Meeting excursion sur les terres de Marc Ravalomanana

La sortie de demain porte la « Marc » de fabrique du cow boy d’Imerinkasinina.s

Jour J-1 pour la sortie des partisans de l’Opposition qui franchiront le Rubicon demain dans l’Avaradrano.

« Asabotsy mifankahita ». C’est le mot de ralliement lancé sur les ondes de « Radio Miara-manonja » par les organisateurs de la sortie prévue demain à Imerinkasinina. « Le choix de l’Avaradrano s’explique pour des raisons historiques »,  selon l’un des animateurs de la station inféodée à l’Opposition. A son corps défendant de préciser explicitement qu’il s’agit des terres de Marc Ravalomanana et de reconnaître implicitement que ce sera une excursion politique ou politisée.

« Fihaonambe ». Le mot a été lâché hier au cours de l’émission « Miara-manonja ». Littéralement, cela signifie « grande rencontre » ou « grand meeting ». Marc Ravalomanana qui aime bien les anglicismes, sait très bien le sens du mot meeting. « Une importante réunion publique organisée à l’initiative d’un parti, d’un syndicat, etc., pour débattre d’un sujet politique ou social », selon Le Larousse.  A entendre les organisateurs qui ont prévu pour l’occasion des matériels de sonorisation, des prises de parole seront au programme demain. La question qui se pose concerne la portée – acoustique et politique – de ces discours ou interventions, puisque selon l’ordonnance relative aux réunions publiques et aux manifestations publiques, « sera réputée réunion publique, si les propos qui y sont tenus pourront être entendus sur la voie publique ».

Réunions publiques. L’ordonnance en question de disposer que « les réunions publiques, quel qu’en soit l’objet, sont soumises à l’autorisation préalable du Délégué général du gouvernement pour la ville de Tana ou des sous-préfets, selon le cas ». Ce qui a visiblement amené le Préfet de Police de Tana dont la compétence s’étend sur toute la région Analamanga, à déclarer que le « hetsika » requiert une autorisation préalable. La loi d’ordre public étant d’interprétation stricte.

Autorisation. En revanche, le premier responsable de l’EMO Far, le général Andry Rakotondrazaka a reconnu que « s’agissant d’une excursion, cela ne nécessite aucune autorisation ».  Une position partagée par Me Hanitra Razafimanantsoa et consorts sur le plateau de « Miara-manonja », tout en s’engageant à ce service d’ordre et empêcher toute infraction aux lois et règlements. Sans oublier les mesures barrières liées à la Covid-19 quand bien même il serait difficile voire impossible de respecter la distanciation physique.  En plus de cela, l’ordonnance de 1960 d’ajouter que les organisateurs sont tenus d’ « interdire tout discours contraire à l’ordre public et aux bonnes mœurs ou contenant provocation à un acte qualifié de crime ou délit ». A ce sujet, les organisateurs du « meeting excursion » comptent prendre les dispositions adéquates.

Cortèges. Si le « fitsangatsanganana » en soi ne nécessite pas à la limite une autorisation préalable, les véhicules transportant les participants restent soumis au code de la route. L’ordonnance sus-évoquée de stipuler même que « tous cortèges (…) sur la voie publique, sont soumis à l’autorisation préalable des autorités ». Concernant l’excursion de demain, les départs vont être alternés à partir de Magro Tanjombato avant de se retrouver du côté de By Pass et d’Ambohimangakely où la circulation risque d’être bouchée par la vague de véhicules de « Miara-manonja ». Un premier test grandeur nature pour l’Opposition qui compte récidiver en organisant la prochaine fois une campagne de reboisement. C’est l’arbre qui cache la forêt par rapport au programme de l’Opposition dont l’excursion de demain constitue la première branche d’une série de meetings qui ne disent pas leur nom sous peine de se voir opposer un Non.

R.O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. A force de mettre la cocotte sous pression, elle vous explosera bientôt dans votre figure : pénuries d’eau, coupures d’électricité, hausse du prix du riz, insécurité, exportations illicites …

  2. Foutez le en prison une fois pour toute, ce pilleur

  3. Tant mieux pour OSY MAINTY de Dada ça lui fera un bol d’air au lieu d’être claustré en permanence à Faravohitra la queue entre les jambes covid 19 oblige !

Poster un commentaire