Covid-19 : Des politiciens se font vacciner à l’extérieur

Les deux députés seront vaccinés à leur retour au pays.

Certains politiciens ne comptent pas attendre l’Etat pour se faire vacciner et profitent de leurs déplacements à l’extérieur pour recevoir une dose d’injection.

Samedi dernier, le président de la République l’a annoncé, sans pour autant dévoiler leurs noms : l’Etat mise sur deux vaccins déjà dans le circuit international. Le nom de ces injections ne fait pas encore l’objet d’une publication officielle. Toutefois, à entendre les autorités, ce ne serait pas les doses produites par le laboratoire AstraZeneca. Andry Rajoelina a déjà manifesté publiquement sa méfiance vis-à-vis de l’AstraZeneca, mis en cause dans certains pays européens et aux Etats-Unis pour ses effets secondaires. Le chef de l’Etat a donc saisi la sommité scientifique de la médecine pour partager son doute. Il se peut que le gouvernement malgache négocie des commandes de doses autres que ce produit suédo-britanniques dans le cadre du déploiement de vaccins, fortement sollicité actuellement.

Afrique. Les vaccins seront donc attendus au pays prochainement, à en croire les propos des autorités. Pourtant, le gouvernement n’a pas encore donné de visibilité sur le calendrier du déploiement des injections dans le pays. Pour certains, l’attente semble être trop longue. Des autorités profitent de leur déplacement à l’extérieur pour se faire vacciner contre la Covid-19. En Afrique comme en Europe, dans ces pays où les vaccins sont déjà accessibles, des hauts responsables se font injecter des doses de vaccin anti-covid. Siteny Randrianasoloniaiko, député élu à Toliara, a publié une séance de vaccination qu’il venait de passer dans un pays africain. Ce député pro-régime est actuellement en tournée en Afrique pour faire campagne en vue de l’élection à la présidence de l’Union africaine de judo. L’Assemblée générale élective de cette instance continentale est prévue se tenir au Maroc le 19 mai 2021 prochain.

France. Alors que l’Etat vient d’inscrire le pays à l’initiative Covax initiée par l’organisation mondiale de la santé afin de pouvoir bénéficier des financements sur le déploiement des vaccins pour les pays en développement comme Madagascar, pour sa part, Jean Eugène Voninahitsy, a annoncé son intention de se faire injecter une dose de vaccin qu’il compte passer en France. Le député de Morafenobe est actuellement dans l’Hexagone pour des « raisons familiales » et profite de ce voyage pour être vacciné. Il a d’ailleurs plaidé pour la vaccination dans le pays. Mais ce bouillant député, qui est très critique concernant la gestion de la pandémie dans le pays, s’impatiente par rapport à l’initiative de l’Etat. « Moi et ma femme, nous voulions être protégés contre la pandémie », a-t-il lâché dans une interview télévisée qu’il a tenue quelques jours avant son départ.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Jean Louis RAKOTOVAO ce cireur de botte de RADOMELINA il n’a même pas honte .Degage de la t’es un VAURIEN.

  2. Il y aussi l’autre le gouverneur d’Analamanga Rasoamaromaka qui s’est vacciné à La Réunion .Et vous verrez bien qui seront les premiers servis quand la campagne de vaccination va effectivement démarrer . Ils ont la frousse du passeport vaccinal et ils ne pensent qu’à leurs petites personnes .Et le comble ce sont ces mêmes zigotos qui ont toujours encensé le CVO . Tout ça c’est de l’insulte pour les Malgaches !

  3. Mais comment pourra-t-il choisir Pfizer s’il n’y a pas des réfrigérateurs adaptes ( -70 degrés ) pour garder le vaccin dans les régions ?

  4. CVO !!!CVO !!! CVO!!!!!!!
    HAHAHAH !!!! mort de rire !!!!!! ou mort tout court !!!!

  5. Incroyable même les médecins sont sous contrôles ….
    20:30 – PROTOCOLE TRAITEMENT COVID-19
    Par rapport au protocole de traitement de la maladie, une étude effectuée par le ministère de la Santé publique sur les ordonnances présentées auprès des pharmacies a démontré que les médicaments proposés par les médecins ne sont toujours pas les mêmes. Le risque selon le ministre Jean Louis Rakotovao est de retarder la guérison ou d’arriver plus vite aux formes sévères, lorsque le traitement proposé n’est pas vraiment approprié. Aussi, le ministère de la Santé publique va-t-il continuer de vulgariser un protocole de traitement unique, adapté aux formes légères, aux formes modérées et aux formes graves du coronavirus.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.