Scandale autour des communales à Nosy-Be : Un magistrat objet d’enquête

Le Conseil d’Etat a donc décidé de destituer le maire IRK Vita Gilbert et de donner la victoire au candidat indépendant Tiandrazana Dahail.

Un scandale d’Etat en pleine période de Covid-19. Un peu moins de deux ans après la proclamation des résultats officiels des élections communales de 2019, le maire de la Commune Urbaine de Nosy Be, Vita Gilbert vient d’être destitué par le Conseil d’Etat. C’est le verdict prononcé le 2 avril dernier par la Cour suprême du Conseil d’Etat, suite à une requête en cassation et en annulation déposée le 27 mai 2020 par le candidat indépendant Tiandrazana Dahail, qui le confirme. Vita Gilbert a été notifié de sa destitution le 2 avril dernier. Le jugement n°116 du 10 janvier 2020 rendu par le tribunal administratif d’Antsiranana portant proclamation des résultats officiels des élections des maires et des membres du Conseil qui ont eu lieu le 27 novembre 2019 a donc été cassé et annulé. En effet, le Conseil d’Etat a annulé toutes les voix obtenues par les candidats Vita Gilbert et Aly Abdou dans tous les bureaux de vote de la circonscription électorale de Nosy Be, sauf au niveau du bureau de vote Djabalabe, EPP Djabalabe, salle n°3. Le Conseil d’Etat a donc décidé de destituer le maire IRK Vita Gilbert et a proclamé la victoire du candidat indépendant Tiandrazana Dahail. Pourtant, un énorme écart de voix séparait les deux candidats lors des résultats officiels proclamés le 10 janvier 2020 par le Tribunal administratif. 5 222 voix, soit 52,63%, pour le premier, contre 507 voix, soit 5,11%, pour le second. Dans son verdict rendu le 2 avril, le Conseil d’Etat n’a retenu que 1 233 suffrages exprimés pour 45 046 électeurs inscrits sur la liste et 10 250 votants. Les blancs et nuls qui étaient de 8 977 sont largement supérieurs aux suffrages exprimés. Il est aussi surprenant de constater que la requête administrative formulée par le candidat Tiandrazana Dahail a été déposée le 15 mars 2021, alors que les scrutins ont eu lieu en 2019.

Procédure disciplinaire. En tout cas, les observateurs et les partisans du « Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina » dans la partie Nord de la Grande île crient au scandale. La Commune Urbaine de Nosy-Be va donc être dirigée par un maire indépendant ayant obtenu 5% des suffrages exprimés. Les partisans du maire déchu Vita Gilbert quant à eux, dénoncent une « corruption en haut lieu ». De source bien informée, une enquête vient d’être ouverte au niveau de la Justice pour faire la lumière sur cette affaire. Le magistrat ayant prononcé le verdict ferait lui aussi l’objet d’une enquête, selon notre source. Par ailleurs, une procédure disciplinaire va également être réclamée au niveau du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Reste à savoir si toutes ces démarches vont aboutir. Lors de sa rencontre avec les membres du CSM, le président Andry Rajoelina a insisté sur l’importance de l’assainissement au niveau de la Justice malgache et a encouragé cet organe à prendre des mesures allant jusqu’à la radiation contre les magistrats fautifs. Histoire à suivre.

Davis R

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. Assainissement ne signifie pas necessairement debouter tous les adversaires de l’IRK.
    Et comment ca, viser le magistrat qui a proclame les resultats? Est-ce que le conseil d’Etat n’est compose que d’un seul juge? En tout cas, plus aucun recours n’est possible si ce n’est l’intimidation de juges…

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.