Partis politiques : L’opposition prépare un front unique

La création d’une nouvelle structure unique, regroupant les opposants de tous bords, est initiée par le clan Rajaonarimampianina, mais attend le soutien des partisans de Ravalomanana. 

L’opposition ne chôme pas en ce temps de pandémie. Les réunions s’enchaînent pour préparer “des coups”, selon certains, ou pour mieux s’organiser, affirment d’autres. En réalité, le leadership de l’opposition est actuellement partagé entre deux ailes, en l’occurrence celle de Marc Ravalomanana qui se regroupe au niveau de la plateforme RMDM, et de l’autre côté, les protégés de Hery Rajaonarimampianina. Les deux anciens présidents dirigent l’opposition contre le régime actuel. Et depuis quelque temps, les deux clans tentent de s’organiser pour former un seul front. L’inspiration avait déjà été donnée en décembre 2019, lors de la rencontre entre ces deux leaders de l’opposition à Paris.

Rassembler. La formation de ce front unique doit, d’abord, passer par l’organisation autour des différentes formations d’opposants. Il y a deux semaines, une réunion s’est tenue au siège du parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, à Andraharo. Les dignitaires du parti de Hery Rajaonarimampianina véhiculent la création d’une structure qui réunira toutes les formations politiques qui s’opposent au régime, et auraient évoqué, durant cette rencontre où la présence de représentants de la plateforme RMDM a été remarquée, la mise en place d’une entité dénommée « direction nationale de l’opposition ». Cette nouvelle organisation initiée par l’aile des pro-Rajaonarimampianina compte rassembler tous les opposants du régime. Trois représentants de chaque entité seraient même prévus siéger au niveau du « comité de pilotage » de cette « direction nationale ».

Soutien. Le projet d’un front unique verra-t-il alors le jour ? Le clan de Marc Ravalomanana n’a pas encore donné son avis sur un tel projet. Alors que le soutien des partisans de cette aile dure de l’opposition pèse lourd pour la crédibilité d’un tel projet, la plateforme RMDM ne s’est pas encore prononcée sur l’opportunité d’une telle initiative. Marc Ravalomanana a réuni, hier, les leaders de la plateforme RMDM. Une rencontre qui s’est tenue à Faravohitra, au domicile de l’ancien président. Les conseillers municipaux du parti Tiako i Madagasikara ont également participé à cette réunion. Pourtant, le projet de création de la « direction nationale de l’opposition » n’aurait pas été abordé durant la réunion. En tout cas, selon certains observateurs, les ambitions futures que nourissent les deux anciens présidents conditionnent la réussite du projet du front unique.

Rija R. 

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

3 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. un bon moyen de  » nettoyer  » les écuries d’Augias  » de la politique : limiter strictement et constitutionnellement à 2 mandats successifs toute investiture , et interdire tout enrichissement , de quelque manière que ce soit.
    On verra alors que les candidats à la gestion du bien public…se feront moins enthousiastes et surtout moins nombreux .

  2. Feu HERIZO, quelques années passées, avait insufflé à l’espace politique, la notion D’ÉTHIQUE.
    C’est, aujourd’hui,au chapitre des lettres mortes et des voeux pieux que celle-ci est inscrite.
    Tant que faire de la politique est assimilée à un parcours pour ‘aller à la soupe, la photo de la pauvreté est un exutoire , un épouvantail pour ceux qui vivent de la politique l’instabilité générée par les vraies/fausses unions et les mariages incestueux ou abracadabrants reste un point d’ancrage pour ceux là même.
    L’épée de Damoclès est là. Avec elle, le danger pour la Nation.
    Ici, on préconise, sur le plan politique, la mise à l’écart définitivement de tout ancien président – quel que soit son mode révocatoire. Et les anciens ministres ne pourraient être éligibles aux élections législatives et communales que cinq ans après la fin de la fonction ministérielle.

  3. A Madagascar, quand on veut renverser un régime en place, nos politiciens en mal de chaises s’assemblent toujours selon cette formule front unique. Mais quand est-ce qu’ils vont faire un FRONT UNIQUE pour lutter contre la pauvreté?
    Un petit rappel d’histoire sur le front unique à Madagascar
    – Mandatehezana miaro ny tolom-piavotana: tous les partis ont été confinés dans cette arène par la stratégie de RAtsiraka de nommer leurs leaders comme CSR (Conseillers suprêmes de la Révolution). Les CSR ont été dissouts sans que Madagascar ne soit sorti du tunnel de la pauvreté.
    – Pour renverser le régime Didier Ratsiraka: Une plateforme des opposants dénommée Hery velona a vu le jour, juste pour pousser Zafy Albert vers le plus haut sommet de l’Etat. Malheureusement, ce Président a été empêché par ses propres partisans au bout de trois ans de présidence. Nous venons de célébrer la fête de Pâques: « hossanna divient crucifier »
    – Pour contester le verdict des urnes désignant Ratsiraka comme réélu Président en 2002, tout le monde, laîcs, population, clérgés et chrétiens se sont assemblés derrière Ravalomanana pour clamer « premier tour de vita » mais ce Président n’a pas pu terminer son deuxième mandat.
    – Pour contester le Président Hery Rajaonarimampianina, les pro-Rajoelina se sont mis ensemble pour former le front unique ARMADA; cette plate-forme a déjà perdu sa valeur alors que Rajoelina se trouve juste à mi parcours de son mandat.
    – Les oppositions à Andry Rajoelina ont déjà mis en place actuellement le front unique dirigée par Ravalomanana et une autre plateforme veut voir le jour selon les partisans de Hery Rajaonarimampianina.

    Tout compte fait, ces fronts uniques ne constituent qu’un outil des politiciens pour accéder au pouvoir sans aucun objectif pour améliorer les conditions de vie des populations déjà affaiblies par l’extrême pauvreté.

    Attention, les enfants, DANGER!!!!!!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.