Usurpation de titre : L’Archevêque d’Antananarivo fait le point

Monseigneur Odon Razanakolona lisant, hier, le communiqué de l’Église catholique.

Depuis l’arrestation de mardi dernier qui a permis de lever une partie du voile sur un projet d’attentat contre des hautes personnalités politiques du pays, le nom d’un Franco-malgache revient fréquemment, notamment dans la presse étrangère. Ce dernier est connu dans la sphère politique malgache et est qualifié comme étant l’un des cerveaux de l’opération selon les premiers éléments de l’enquête. Le Franco-malgache qui a été interpellé et dont le domicile a fait l’objet d’une perquisition, est présenté, par certains organes de presse étrangers, comme un « conseiller » de l’Archevêque d’Antananarivo. Pourtant, cet ancien officier de la gendarmerie française, instructeur commando parachutiste, ne s’affiche aucunement dans l’organigramme de l’archevêché d’Antananarivo. En réalité, il se prétend être un « conseiller » du prélat. Depuis son retour au pays en 2010, ce Franco-malgache a tenté à plusieurs reprises d’intégrer les gouvernements successifs et se fait passer pour l’homme de l’Archevêque d’Antananarivo.

Mais, hier, Odon Marie Razanakolona, a levé les doutes et a mis le point sur ces fausses informations qui circulent. « L’ECAR n’est pas responsable des personnes utilisant son nom sans un mandat exprès », a-t-il souligné dans un communiqué. Et ce précieux sésame fait défaut à ce Franco-malgache, il n’a aucun mandat ni de l’Église catholique ni de l’archevêque d’Antananarivo lui-même. « Et toutes les informations véhiculées qui attachent le nom de l’officier français incriminé dans l’affaire de l’attentat contre des hautes personnalités malgaches au nom de l’Église catholique ne sont qu’une tentative pour porter atteinte à l’image de l’Église et de l’Archevêque d’Antananarivo », a dénoncé un membre de l’Église qui requiert l’anonymat. « D’autres personnes qui veulent agir ou parler au nom de l’Église catholique devraient respecter les règles édictées selon les normes car l’Église a son mode d’organisation défini par le droit canonique que chaque diocèse met en pratique », précise, quant à lui, le prélat catholique.

Rija R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Un Commentaire - Ecrire un commentaire

  1. OMAR devrait aussi se disculper, et s’expliquer sur l’affaire de coup d’Etat de 2009, si coup d’Etat il y a, et qui reste flou dans sa participation à cet évènement, et qui entache toujours la réputation de l’ Eglise Catholique de Madagascar.

Poster un commentaire