AMADIA Toamasina : 8 mineurs sous insuline pour toute leur vie



Jacaranda
Fort engouement lors du dépistage du diabète au grand port, à Toamasina. (Photo Jean-Claude Steve)
Fort engouement lors du dépistage du diabète au grand port, à Toamasina. (Photo Jean-Claude Steve)

Huit jeunes tamataviens ont attrapé le diabète à la naissance si bien qu’ils sont obligés de prendre de l’insuline toute leur vie. C’est ce que l’on a appris du Dr Andriamanonga Jean Marie, coordonateur local de l’association malgache de lutte contre le diabète (AMADIA) de Tamatave lors de la célébration de la journée mondiale contre le diabète à Toamasina.

L’antenne locale est à sa 5e année consécutive de célébration de la journée mondiale. Les membres actuels de l’antenne locale de Toamasina se sont retrouvés au domicile d’un past président du Lions club. C’est dans un coin à Tamatave que l’AMADIA Toamasina a vu le jour. 3 000 dépistages sont tenus durant les mandats 2012 – 2013 et déjà 450 depuis le mois de juin dernier. Pour ces mêmes périodes, 3 600 et 4 500 consultations sont tenues dans les trois centres à savoir le cabinet médical à la cité Béryl Rose, Valpinson et SOAVA au siège de l’association. Ainsi, une centaine de personnes a rejoint le rang des membres actifs de l’AMADIA locale qui compte 400 membres en 2012 – 2013. Ces membres et plus particulièrement les diabétiques sont pris en charge et bénéficient d’une éducation thérapeutique avec des médecins spécialisés.

Diabète du à l’alcool. Pour marquer la journée mondiale, l’AMADIA a organisé une série de dépistage du diabète au grand port. Le taux de prévalence du diabète sur la zone littorale Est de la Grande Ile est de 5 % et ce sont surtout les femmes qui en sont atteintes avec un taux de sucre assez élevé. Sur 350 personnes passant le test de glycémie, une trentaine est diagnostiquée avec un taux de sucre assez élevé. Le taux de 9 % a retenu tout particulièrement l’attention des membres de l’A MA DIA Toamasina. Ainsi, « un quatrième type de diabète est enregistré dans la région Atsinanana et Analanjirofo. Néanmoins, elle n’est pas encore reconnue par l’Organisation Mondiale de la Santé. C’est le diabète dû à la consommation sans modération d’alcool. La maladie déclarée souvent au cours de l’enfance ou de l’adolescence dite diabète de type 1 est une maladie génétique qui a pour conséquence l’attaque de certaines cellules du pancréas. Le « diabète de la maturité » ou le diabète de type 2 est de plus en plus fréquent chez les enfants et les jeunes à cause du mode de vie actuel. Et dernièrement, la maladie que les femmes peuvent contracter au cours du 2e trimestre de leur grossesse est différente des diabètes de type 1 et 2. Ce diabète gestationnel disparaît après la naissance du bébé » a tenu à faire remarquer le Professeur Ratsivalaka Razafy et non membre du Lions Club de Tamatave puis conseiller au sein de l’AMADIA. Des points focaux verront le jour dans les mois à venir. La sensibilisation et le dépistage sont en vue dans les districts de Fenerive Est, Sainte Marie, Vatomandry et Brickaville en premier lieu.

Jean-Claude STEVE

Share This Post