Fêtes de Fin d’année : Les dindes à 60 000 Ar



Jacaranda
Les volailles déjà très chères, le seront encore plus d’ici un mois. (photo Nary)
Les volailles déjà très chères, le seront encore plus d’ici un mois. (photo Nary)

A un peu plus d’un mois des fêtes de Noël, les mères de famille commencent déjà à réfléchir sur le menu idéal pour plaire à toute la famille et aux invités pour le jour de Noël. Traditionnellement, les volailles font partie du menu : canards, oies, dindes, pintades… elles font la star de ces grandes fêtes de famille. Les petits éleveurs commencent donc dès maintenant à élever ces volailles, en leur donnant ce qu’il faut pour qu’elles aient du poids à la vente. Au marché, les ventes sont encore très timides. Les oies se négocient à 50 000 ar l’unité, selon le poids, les dindes à 60 000 Ar, les pintades à 30 000 ar… et les vendeurs assurent que ces prix connaîtront une hausse vertigineuse à quelques jours des fêtes, avec 10 000 ar en plus pour chaque volaille, pas moins. Ceux qui peuvent acheter dès maintenant le font, et beaucoup s’essaient dans la peau d’un éleveur de poulet en achetant des cannetons à plus bas prix, espérant les voir grandir d’ici un mois. En tout cas, il faudra s’y préparer. « Pour ma part, je ne pense pas encore vraiment aux menus des fêtes, car c’est encore loin et ce long mois de novembre semble s’éterniser » argumente une jeune fille tandis qu’un père de famille avoue que « oui, je commence déjà à penser aux repas de fête, et j’hésite entre oie et dinde ». Au marché comme dans la rue, désormais envahie de nouveau par les vendeurs ambulants, les

Malgaches commencent à préparer les fêtes de Noël. Et si les jouets sont en pôle position des premières préoccupations des familles, les volailles ne sont pas en reste. Et les embouteillages naissant de part et d’autre de la ville ne font que confirmer que les ambiances festives de Noël ne sont pas loin.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post