Amoron’i Mania : Lutte contre le travail domestique des enfants



Jacaranda
« Les élèves de la promotion fanantenana certificat en main avec le directeur du BIT, 3ème à partir de la droite » Photo Anastase
« Les élèves de la promotion fanantenana certificat en main avec le directeur du BIT, 3ème à partir de la droite » Photo Anastase

« L’association Akany Fanantenana du collège au Petit Eden à Iajaky-Ambositra, a fait preuve de professionnalisme » dixit Christian Ntsay,le représentant du Bureau international du travail (BIT) à Madagascar. C’était le 9 novembre dernier, lors de la cérémonie de sortie officielle de la première promotion « Fanantenana » au collège au Petit Eden. Une sortie officielle de 50 élèves issus du programme d’actions de lutte contre le travail domestique des enfants à travers une formation professionnelle qualifiante, pour un travail décent. Un programme mis en œuvre par l’association Akany fanantenana dirigée par la directrice Ramiriora Zaz’, réalisé dans le cadre du projet « BIT/PAMODEC » financé par le ministère français du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Sociale.

50 enfants. Pour sa part, la porte-parole de l’Akany fanantenana, docteur Soafara d’expliquer que pour ce programme,  50 enfants ont été retirés des pires formes du travail domestique dans différents quartiers de la ville d’Ambositra et ses périphéries, pour suivre une formation professionnelle qualifiante de 5 mois pour par la suite, avoir un travail décent. Pour ce faire, diverses modules de formation ont été dispensées à ces enfants par des spécialistes, comme des cours de pâtisserie, de cuisine,des cours des travaux ménagers,des notions de savoir-vivre, de puericulture,le français parlé,etc.. Des modules de formation répondant aux besoins de ces enfants pour être immédiatement opérationnel et trouver un travail décent. « Un modèle de programme de lutte contre le travail domestique des enfants à developper » a conclu le directeur du BIT. Au terme de cette manifestion, ces enfants ont reçu leurs certificats.Toujours selon le docteur Soafara, après leurs formations, bon nombre de ces enfants, ont déjà trouvé un emploi décent. A noter que cette manifestation a coincidé avec le lancement officiel de l’étude de base sur la situation du travail domestique des enfants dans les régions d’Analamanga, Amoron’i Mania et Vakinankaratra. Nous y reviendrons.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Share This Post