Enfants en situation de handicap : Une éducation spécialisée de qualité, contre l’exclusion



Jacaranda
Les enfants du Centre d’Education Spécialisée de Manakara, ont pu partir en colonie de vacances.
Les enfants du Centre d’Education Spécialisée de Manakara, ont pu partir en colonie de vacances.

Quatre centres d’éducation et environ 300 enfants en situation de handicap bénéficient des appuis d’un projet mis en œuvre depuis 2012 par l’association ASMAE et ses partenaires. Après une année d’activités, l’association dresse un bilan à mi-parcours.

Seulement 2% des enfants en situation de handicap sont scolarisés. Soit, 98% de ces enfants, totalement exclus du système scolaire. Des statistiques qui illustrent la gravité de la situation des enfants en situation de handicap à Madagascar. Le projet mis en œuvre par ASMAE (Agir, Soutenir, Mobiliser pour l’Avenir des Enfants) et ses partenaires, et cofinancé par l’Union européenne, s’active à améliorer la situation en proposant un soutien, essentiellement technique, à des structures de prise en charge d’enfants en situation de handicap. Il s’agit, comme le suggère l’intitulé du projet, de « Sortir les enfants en situation de handicap de l’exclusion en leur offrant un accès à une éducation spécialisée de qualité ».

Quatre centres. Le projet propose ainsi son appui à quatre centres d’éducation d’enfants en situation de handicap, à savoir, le centre médico-éducatif « Les Orchidées Blanches » à Androhibe ; le « centre Avotra » de l’association Sembana Avotra Voakolokolo, à Antananarivo ; le Centre  d’Education Spécialisée (CES) mentaux de Manakara, qui prend en charge des enfants et des jeunes en situation de handicap mental, en axant davantage ses activités sur l’orientation professionnelle, et l’école Pierre Ratsimba dite « Ecole Sainte Louise » à Fianarantsoa, qui s’engage dans l’éducation intégrée et qui dispose de classes où les enfants en situation de handicap et les enfants sans handicap se côtoient et étudient ensemble. « L’objectif est de faire en sorte que les enfants en situation de handicap bénéficient, eux aussi, d’une éducation de qualité, conformément au concept d’éducation pour tous, à travers une prise en charge éducative des enfants en situation de handicap », précise Aimée Oliva, responsable du projet Handicap au sein de ASMAE Madagascar.

Résultats palpables. Depuis septembre 2012, début de la mise en œuvre du projet, ces quatre centres ont pu bénéficier de formations et d’appuis de conseillers techniques en éducation spécialisée, en hygiène, en santé primaire, en gestion administrative et comptable, et en plaidoyer. De même, des équipements paramédicaux ont été mis à disposition afin d’améliorer la prise en charge de certains handicaps. Des appuis qui ont permis, d’une part, aux éducateurs et autres personnes intervenant au quotidien auprès de ces enfants et jeunes en situation de handicap, de renforcer leurs compétences et d’autre part, aux enfants de bénéficier d’une prise en charge de meilleure qualité. Un an après le début de la mise en œuvre du projet, des résultats encourageants sont déjà palpables auprès des centres bénéficiaires et de leurs petits protégés. Ces derniers bénéficient d’activités variées, dispensées en fonction de leur niveau et adaptées à leur handicap. Des réponses adaptées dans le domaine paramédical telle la kinésithérapie et la psychomotricité ou encore des soins bucco-dentaires, ont pu être proposées. Par ailleurs, l’organisation de colonies de vacances à Foulpointe, au Parc National de Ranomafana et à Betafo et ses infrastructures de soins thermaux, par exemple, a permis la découverte d’autres environnements. De même, des activités de sensibilisation sous diverses formes, entrent dans le cadre des activités de ces centres. Prochainement, la célébration de la journée du handicap, sera une nouvelle occasion pour sensibiliser sur la problématique du handicap, afin de lutter contre la discrimination et l’exclusion des personnes handicapées. Car tout, ou presque, est à construire dans le domaine du handicap en général et de la prise en charge des enfants en situation de handicap, en particulier. Avec une prévalence globale du handicap, estimée à 7,5% en 2007 à Madagascar, soit environ 1.347.150 personnes, les structures de prise en charge font cruellement défaut, tandis que les faits de discrimination et d’exclusion des personnes handicapées par la société, restent courants.

Hanitra R.

Share This Post