Produits de pêche : Consommation en légère baisse chez les Tananariviens



Jacaranda
Les produits de pêche ne sont pas toujours accessibles à toutes les bourses. (Photo d’archives)
Les produits de pêche ne sont pas toujours accessibles à toutes les bourses. (Photo d’archives)

Plusieurs poissonniers de quartier dans la capitale constatent depuis une dizaine de jours une légère baisse de leurs ventes journalières de poissons de mer.

Les consommateurs tananariviens seraient-ils moins enthousiastes à consommer du poisson ou d’autres produits de pêche ? En tout cas, le constat des poissonniers, notamment ceux dans ou proches des marchés de quartier, est que les ventes de poisson de mer ont connu une légère baisse depuis plusieurs jours. A raison de 25 kg de produits vendus quotidiennement, jusqu’à 50 kg, voire davantage lors des jours d’achat des restaurateurs, les quantités vendues par les poissonniers de quartier ont sensiblement baissé jusqu’à seulement 15 kg par jour depuis un peu plus d’une semaine.

Est-ce en raison des récents cas d’intoxication par consommation de produits de pêche ? Les poissonniers ne le pensent pas. « Les poissons écoulés sur le marché par les poissonniers ne présentent aucun risque car les espèces de poissons qui consomment les toxines à l’origine des intoxications comme c’était le cas à Fénérive-Est et à Antsiranana dernièrement, sont bien spécifiées et elles ne font pas partie de celles vendues chez les poissonniers », tient à souligner un poissonnier du quartier des 67 ha. Avis partagé par plusieurs autres poissonniers de la capitale.

Toxines. Les informations et directives transmises tout récemment par le ministère de la Santé publique à propos de la consommation de produits de pêche, font référence à ces types de poissons à risque en cette période de l’année. Il s’agit notamment des requins, des sardinelles, des sardines ou encore des tortues de mer dont la consommation est interdite durant la période s’étendant de novembre à mars. Les mêmes informations émanant du ministère précisent que ce ne sont pas tous les poissons de mer qui sont concernés, mais uniquement ceux qui ont ingéré les toxines et dont les espèces sont déjà bien connues des pêcheurs. Ces toxines sont présentes dans certains types d’algues. La période de chaleur et de pluie est propice au développement de ces algues toxiques présentes dans la mer et consommées par les petits poissons, lesquels sont à leur tour consommés par de plus gros poissons qui se retrouvent intoxiqués et meurent.  C’est la consommation de ces poissons qui causent l’intoxication chez les humains. Pour ce qui est des poissons vendus par les poissonniers, il n’y a rien à craindre, assurent ces derniers. Si certains consommateurs préfèrent rester prudents et s’abstiennent d’en manger, d’autres sont parfaitement rassurés et continuent de consommer leurs poissons favoris. « Je connais bien les espèces de poissons que j’achète et elles ne présentent aucun risque. Il ne faut pas se laisser gagner par la psychose. Il suffit juste d’être bien informé pour ne pas être contraint de se priver, finalement pour rien. Ce serait bien dommage », déclare pour sa part une jeune mère de famille, cliente habituée d’une poissonnerie dans le centre ville. En effet, les bienfaits de la consommation de produits de pêche sur la santé, ne sont plus à démontrer.

Hanitra R.

Share This Post