Formation à distance à Amoron’i Mania : 91 % de réussite pour le projet IFADEM, un bilan positif



Jacaranda
Les bénéficiaires de la formation à distance du projet IFADEM à Amoron’i Mania.
Les bénéficiaires de la formation à distance du projet IFADEM à Amoron’i Mania.

Le problème de manque de couverture de réseau aurait été la seule cause de non accomplissement de la formation de certains enseignants.

Un bilan positif pour le Projet IFADEM (Initiative Francophone pour la Formation à Distance des Maîtres) à travers lequel, 398 enseignants (CE, CM1, CM2) issus des écoles primaires publiques des quatre Cisco  de la région d’Amoron’i Mania (Ambositra, Ambatofinandrahana, Manandriana, et Fandriana), ont eu leur certificat de fin de formation hier à Ambositra. Autrement dit, un taux de réussite de 91 %, selon les précisions de Tojonirina Razafindrakoto, Chef du Projet IFADEM à Madagascar. Une formation continue à distance qui a pour principal objectif de renforcer les compétences linguistiques en français de ces enseignants, et ainsi d’instaurer une pédagogie à la langue française. En fait, c’est un projet mis en œuvre par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ainsi, la formation a duré neuf mois, depuis août 2013. Au début, ils étaient 450 enseignants à être formés sans se déplacer de là où ils sont, après avoir été doté respectivement d’un téléphone portable de qualité offert par Orange Madagascar, contenant suffisamment de recharges. Ainsi, la formation s’est faite par des sms quotidien, sous forme de questions pour le renforcement de capacité des bénéficiaires. Des questions auxquelles ils doivent immédiatement répondre afin que leurs instituteurs puissent les évaluer. Ce, après chaque regroupement qui ne dure que deux à trois jours, espacé de trois mois. Outre ces cellulaires, des ouvrages pédagogiques ont été aussi offerts par l’AUF pour support de cours. « Le but d’une telle formation est également de leur permettre de ne pas être isolés, ainsi ils peuvent se communiquer entre eux par le biais de leurs cellulaires, en cas de difficulté, tout en étant suivis de près par leurs instituteurs », rajoute Tojonirina Razafindrakoto.

Partenariats bénéfiques. Orange Madagascar, en faisant de l’éducation un de ses axes prioritaires dans le cadre de ses actions d’entreprise sociale et responsable, apporte un considérable appui au projet. Celui-ci se traduit par le don de ces téléphones portables de qualité. Ainsi, les bénéficiaires peuvent accéder à des ressources numériques audio (MP3 en lien avec les livrets de formation),  faciliter leur autoformation à distance en exploitant les diverses fonctionnalités du téléphone, suivre leur progrès (via des quizz sms et vocaux), … et être payés (avec Orange Money). En outre, à Madagascar, malgré la suspension du pays des instances de la francophonie, l’AUF continue de soutenir la formation des enseignants en partenariat avec l’institut national de la formation pédagogique (INFP), et le MEN. Des partenariats bénéfiques. La cérémonie de remise des certificats a eu lieu dans le centre Fark à Ambositra, devant les différentes autorités locales compétentes et celles issues de Tana. Après les enseignants des écoles primaires, l’orientation du projet vers d’autres niveaux d’éducation est très attendue.

Arnaud R.

Share This Post