Courses pour Noël : Le rush du dernier jour

Les magasins comme les marchands dans les espaces en plein air, misent sur les derniers jours avant les fêtes pour faire grimper leurs chiffres d’affaires.
Les magasins comme les marchands dans les espaces en plein air, misent sur les derniers jours avant les fêtes pour faire grimper leurs chiffres d’affaires.

Jours « classés noirs » de monde s’entend – depuis hier à Tanà avec le dernier rush pour les courses de Noël.

Les retardataires qui n’ont pas encore trouvé leur bonheur dans les boutiques de jouets, de vêtements, n’ont plus qu’une journée pour le faire. Outre les grandes affluences de la semaine dernière et du week-end dernier dans les rues, les boutiques et les grands magasins, la journée d’hier a été particulièrement rude pour les clients venus en masse dans les centres commerciaux. Les jouets, les articles d’habillement, les chaussures et autres accessoires sont les plus recherchés et les stocks ont déjà commencé à être épuisés, hier, en fin de journée. Les tailles et les pointures les plus recherchées se faisaient rare, au grand désespoir des clients. « J’ai dû attendre que l’entreprise qui m’emploie verse sur mon compte la prime de fin d’année, car autrement, il me serait impossible de faire des courses pour Noël », se plaint un jeune salarié, père de deux garçonnets qu’il a emmenés avec lui dans les galeries de Behoririka, à la recherche de nouveaux habits pour la messe de Noël. Comme lui, de nombreux salariés ont compté sur une prime de fin d’année pour faire quelques courses car le salaire mensuel est loin de suffire pour couvrir les dépenses prévues pour les fêtes.  Les marchands, eux, espèrent encore faire d’excellentes affaires, ce jour. Intraitables sur les prix, notamment sur les jouets et les vêtements de cérémonie, ils entendent profiter au maximum de cette période des fêtes, et acceptent rarement les tentatives de marchandage des clients.

Côté alimentation, les commerçants ne chôment pas, eux non plus. Les commandes affluent chez les pâtissiers de bonne réputation, ainsi que chez les volaillers et autres charcutiers, sans oublier les marchands de fruits de mer. Les fruits et légumes ne sont pas en reste, car les clients à la recherche de produits frais préfèrent ne faire leurs courses qu’au dernier moment. Quant aux friandises et les chocolats, comme ces produits se conservent mieux, les achats se sont faits un peu plus tôt. Ils feront beaucoup d’heureux, au pied du sapin  comme sur les tables !

Hanitra R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication