Ambiance après fêtes : Le calme partout!



Jacaranda
Les routes ont été presque désertes hier, même du coté d’Analakely.
Les routes ont été presque désertes hier, même du coté d’Analakely.

Des routes assez désertes. La plupart des grandes boîtes ont encore fermé leurs portes hier, pour congé annuel.

Tana a retrouvé sa place hier partout à Tana. L’on peut dire que les fêtes se sont quand même déroulées dans une ambiance sereine, sans grands incidents ni insécurité. Les Tananariviens ont effectivement mis de côté les polémiques sur la politique, malgré l’imminence de la proclamation des résultats des élections qui risquent fort d’être contestés, s’ils ne le sont déjà. Ce qui a permis à la ville de retrouver son calme. Et les premières constatations qui ont pu être faites, c’est que les routes ont été plutôt dégagées dans la plupart des rues de la capitale, y compris les lieux où même les piétons ont eu du mal à circuler avant la fin d’année. Autrement dit, les embouteillages ont été disparus, en particulier dans le centre ville, notamment vers Behoririka, Soarano, Analakely, Besarety, Andravoahangy,… En fait, les marchands de rues qui ont constitué les principales causes de ces blocages du trafic dans la ville avant et pendant les fêtes ont largement diminué.  Ces derniers ont également fait du plan « Zéro embouteillage pendant les fêtes» de la CUA, un plan raté. Ainsi, le fait qu’ils ont quitté les lieux, a permis à la circulation à se fluidifier, presque partout. L’autre explication qui pourrait être également fournie à ce propos est qu’une grande majorité des gens ont dû continuer leurs jours de congé jusqu’à la fin de cette semaine, vu que les fêtes se sont passées en plein milieu de semaine. Ce qui fait déjà les usagers de la route diminuer.

Grands nettoyages. Et comme à chaque après fête, très tôt hier, des agents de la CUA ont procédé au grand nettoyage de la ville, surtout du côté de l’Avenue de l’Indépendance et de ses environs. Ces derniers ont été effectivement assistés de près par les soldats des feux pour le balayage des saletés difficiles à enlever.  Cependant, il faut dire qu’il n’est pas facile de ne pas parler des ordures qui débordent encore à chaque coin de rue de Tana. Le malheur de la CUA. En somme, la vie des Tananariviens a repris sa tournure habituelle depuis hier après les quelques jours de fêtes. Même le marché hebdomadaire de Mahamasina  chaque jeudi a repris, mais sûrement avec un bilan assez négatif.

Arnaud R.

Share This Post