Education : La scolarisation des enfants motivée par la… cantine scolaire !



Jacaranda

Les élèves vont à l’école uniquement parce qu’ils y bénéficient d’une cantine scolaire. Autrement, leurs parents les retirent pour les faire travailler.

« Les enfants vont à l’école le ventre vide et les malaises sont fréquentes dans ma classe ». Cette enseignante de deux classes de 7e (CM2) dans une école primaire publique dans la partie Sud de la capitale est témoin de la situation de la majorité de ses élèves. Des enfants issus de familles défavorisées, souvent monoparentales où la mère élève seule une fratrie nombreuse. Les enfants sont, toutefois, scolarisés mais uniquement parce qu’ils ont la possibilité de bénéficier des repas servis à la cantine scolaire. « L’existence de la cantine scolaire est une très grande motivation pour les parents issus de milieux pauvres pour scolariser leurs enfants », confirme l’enseignante.

La majorité de ces cantines scolaires est financé par des grands organismes, essentiellement le PAM. Depuis leur mise en place, ces structures destinées à offrir une bonne nutrition aux élèves et à lutter contre la malnutrition, représentent une bouée de sauvetage pour les parents d’élèves issus de milieux défavorisés. « Mes enfants sont assurés de manger à leur faim au moins une fois par jour à la cantine lorsqu’ils vont à l’école, alors je préfère les y envoyer. Mais maintenant que la cantine n’existe plus, je les ai gardés avec moi pour m’aider dans mes activités », déclare Bebilalao, lessiveuse sur la rive de l’Ikopa et complète ses revenus en étant aide-ménagère dans deux familles, deux fois par semaine. Trois de ses sept enfants l’aident durant la matinée à rincer les linges qui lui sont confiés, les quatre autres n’ont pas encore l’âge d’aller à l’école. La cantine scolaire de l’école primaire publique où étaient scolarisés ses enfants, a fermé ses portes durant l’année scolaire 2011-2012 et n’a pas encore rouvert jusqu’à maintenant. Aucune réouverture n’est prévue pour le courant de cette année scolaire. Bebilalao justifie son choix d’avoir interrompu la scolarité de ses enfants en affirmant préférer que ces derniers l’aident à trouver de quoi manger pour toute la famille, que de les envoyer à l’école le ventre vide. Elle n’envisage de les refaire reprendre leur scolarité que lorsque la cantine s’ouvre et sera à nouveau opérationnelle, ou alors, lorsqu’elle trouvera un emploi plus rémunérateur lui permettant de gagner davantage d’argent pour couvrir les besoins relatifs à la scolarisation de ses enfants.

Hanitra R.

Share This Post