Rues dégradées : Des initiatives privées pour soulager les usagers



Jacaranda
Des travaux de réfection sont en cours depuis quelques semaines sur la route circulaire. (Photo Nary Ravonjy)
Des travaux de réfection sont en cours depuis quelques semaines sur la route circulaire. (Photo Nary Ravonjy)

En attendant que des travaux de réfection commencent, des riverains des rues les plus dégradées de Tanà, prennent l’initiative de combler certains nids… « d’autruche » pour limiter les dégâts.

Des rues devenues quasiment impraticables, ou alors, contraignent les usagers à rouler au pas. Tel est le lot des automobilistes et des usagers des rues de Tanà, car la situation est à l’origine des embouteillages monstres un peu partout dans la ville et davantage encore durant les heures de pointe. L’on constate, toutefois, que des travaux de réfection des rues commencent à s’effectuer dans certaines localités, telle la route circulaire, où trottoirs et chaussées sont réhabilités. Mais l’ampleur des dégâts laissés par les intempéries sur les rues de la ville est telle, que de nombreux autres travaux, bien que tout aussi urgents aux yeux des usagers, doivent encore attendre. En… attendant, certaines situations particulièrement pénibles, sont soulagées par des initiatives privées : des riverains des rues les plus endommagées où se forment inévitablement de longues files de véhicules, se mobilisent pour combler les trous béants qui paralysent la circulation. Il ne s’agit, toutefois, que de solutions provisoires, car on y a recours à des matériaux et des équipements sommaires, essentiellement une pelle pour remplir les trous de gravats enlevés des chantiers de démolition, de la terre ou des cailloux. Ces initiatives permettent au moins aux automobilistes de rouler à une vitesse presque normale et assure une certaine fluidité de la circulation. Mais ces solutions sont bien entendu loin d’être durables et leurs effets, éphémères. Les trous retrouvent leur aspect initial, sinon, aggravés par les torrents, dès la première pluie. Les usagers, eux, n’ont d’autres choix que de prendre leur mal en patience en attendant que les gros travaux débutent.

Hanitra R.

Share This Post