Litige foncier à la cité Ankatso I : L’affaire portée devant les juges hier



Jacaranda

L’affaire sur le litige foncier opposant un particulier (plaignant), et 17 membres de l’administration du Centre Régional des Œuvres Universitaires d’Antananarivo (CROUA) et un étudiant (tous, faisant partie des accusés), a été portée devant les juges hier. Si l’audience devait avoir lieu dans la matinée, celle-ci n’a pu se tenir qu’en début d’après midi. Ainsi, l’on sait que le plaignant aurait demandé des dommages intérêts de 10 milliards d’Ariary aux accusés pendant le procès, sous prétexte que ces derniers auraient pénétré dans sa propriété et détruit ses biens (des plantations sur le terrain lors d’un grand ménage). De leurs cotés, la partie des accusés souligne toujours que le terrain en question a toujours appartenu au ministère de l’Enseignement Supérieur, donc un terrain domanial. «Nous avons toutes les preuves justifiant que ce terrain a été affecté par la Vice primature chargée de l’aménagement du territoire, au ministère de l’Enseignement Supérieur », confie Abel Randriamiarinarivo, Directeur du CROUA, interviewé avant le procès. Ce qui interdit, selon ce dernier, à qui que ce soit de s’en approprier. «Par ailleurs, étant donné que le CROUA est un organisme rattaché au ministère de tutelle, nous représentons donc en quelque sorte l’Etat. De plus, les cités universitaires ont existé sur ces lieux depuis plus de 50 ans. Ce qui signifie que ce terrain ne peut pas être la propriété de quelqu’un car il appartient à l’Etat», poursuit-il. Pourtant, du coté du plaignant, des sources affirment que celui-ci aurait également des preuves affirmant que le terrain lui appartient : « le titre ». A titre de rappel, l’administration du CROUA aurait effectué un grand ménage sur ledit terrain en mars 2013. Mais en faisant cela, ces derniers et l’étudiant, auraient pénétré sans autorisation sur ledit terrain que le particulier affirme lui appartenir, et ont par la suite, détruit ses plantations. Ce qui a motivé sa plainte. Le procès devait avoir lieu vers la fin de l’année dernière. Mais au final, il a été reporté hier. En tout cas, il appartiendra aux juges d’en décider. Le verdict est prévu pour le 4 mars prochain.

Arnaud R.

Share This Post