ENSOMD : Et l’après 2015?



Jacaranda
La CR du SNU, Fatma Samoura (à droite), le Vice-PM Botozaza Pierrot et la Vice-PDS Olga Rasamimanana lors de la visite des stands hier à Analakely. (Photo Yvon)
La CR du SNU, Fatma Samoura (à droite), le Vice-PM Botozaza Pierrot et la Vice-PDS Olga Rasamimanana lors de la visite des stands hier à Analakely. (Photo Yvon)

La cérémonie de la présentation des résultats de l’enquête nationale du suivi des objectifs du millénaire pour le développement s’est tenue, hier, à l’Hôtel de Ville à Analakely. L’occasion de présenter les 8 tomes que constituent les résultats de l’enquête.

La présentation de l’enquête nationale du suivi des objectifs du millénaire pour le développement (ENSOMD), une enquête réalisée par l’Institut National de la Statistique et soutenue financièrement par l’UNFPA, ainsi que des autres partenaires techniques et financiers tels que le PNUD, l’UNICEF, le PAM, l’UN Women, la Banque Mondiale et la BAD s’est tenue hier à l’hôtel de Ville à Analakely. Une enquête qui brosse la situation de Madagascar face aux objectifs du millénaire pour le développement. Dans sa globalité, ces objectifs ne seront pas atteints. Les indicateurs fournis grâce au travail des centaines d’enquêteurs viennent compléter les données sur quelques secteurs qui n’ont pas été couverts par l’Enquête Périodique auprès des Ménages de 2010, en tenant compte des impacts de la crise politique qui a sévi dans le pays entre 2009 et 2013.

Stratégies. Cette ENSOMD réalisée entre 2012 et 2013 permet alors de mesurer les progrès (ou pas) vers les atteintes des OMD, à un peu plus d’un an de la date butoir fixée pour 2015. Des données qui permettent alors de palper les résultats concrets, mais surtout d’élaborer les nouvelles stratégies de développement dans les domaines où les efforts ont été vains, et qui méritent alors que l’on intensifie les actions. Des indicateurs importants pour le pays, d’autant plus que l’élection du nouveau président de la République implique le renforcement, sinon l’actualisation des activités menées dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. Comme le souligne la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies, Fatma Samoura, lors de son allocution à la cérémonie de lancement, « la publication de ce rapport sur les OMD arrive à bon escient, au moment où Madagascar est en train de préparer ses stratégies et programmes pour la relance de l’économie et requiert une base de références fiables et un outil d’aide à la décision et à la programmation ».

L’après 2015? Si à près de un an de la date butoir de 2015, la plupart des OMD ne seront pas atteints, certains indicateurs ont tout de même fléchi vers la bonne direction en 15 ans. Avant la crise politique de 2009, l’évolution de certains secteurs a même été encourageante. Mais force est de constater que Madagascar n’atteindra pas ces objectifs. Des secteurs sociaux qui méritent que l’on s’y investissent, pour améliorer les conditions primaires de vie de la population malgache, de plus en plus affaiblie notamment depuis la crise. Mais ces résultats interpellent également quant à la suite des OMD. Après ces 15 années d’effort, qu’adviendra-t-il du pays ? Et quels seront les nouveaux objectifs à atteindre, tant au niveau national que mondial, pour que chaque personne vive dans de meilleures conditions sociales ?

Anjara Rasoanaivo

Share This Post