Santé : La pneumonie, la plus meurtrière chez les moins de 5 ans



Jacaranda
L’allaitement maternel jusqu’aux 6 mois du bébé, un moyen efficace pour déjà prévenir la pneumonie.
L’allaitement maternel jusqu’aux 6 mois du bébé, un moyen efficace pour déjà prévenir la pneumonie.

La pneumonie est une maladie dont on parle très peu. Et pourtant, il s’agit d’une des maladies les plus meurtrières chez les enfants de moins de 5 ans, surtout dans les pays en développement.

La pneumonie est la maladie la plus meurtrière, responsable du décès de la majorité des enfants de moins de 5 ans. Dans le monde en 2012, elle a tué 1,1 million d’enfants, représentant 17 % des décès d’enfants de moins de 5 ans, soit plus que le nombre d’enfants victimes du Sida, du paludisme et de la tuberculose réunis. Et pourtant, on parle peu de la pneumonie. Avec la diarrhée, ces deux maladies comptent pour 29 % du total de décès d’enfants. Des décès qui peuvent pourtant être évités. Pour l’heure, ce sont les enfants vivant dans les pays en développement qui sont les plus exposés à cette maladie, où l’accès aux soins et aux traitements ne sont pas toujours à la portée des familles. Mais la pneumonie, c’est surtout une maladie liée à la pauvreté et à la malnutrition.

Sensibilisation. 99 % des cas de pneumonie surviennent dans les pays en développement. Les familles sont plus vulnérables, d’autant plus que les mères, durant leurs grossesses et même lors de l’allaitement, sont mal nourries. Le peu d’informations sur la pneumonie, et le peu de médiatisation quant à la sensibilisation de la maladie auprès de la population contribuent à rendre la pneumonie méconnue, et donc dangereuse. Et pourtant, la pneumonie peut très bien être évitée grâce à l’allaitement exclusif de la mère durant les 6 premiers mois de l’enfant, mais aussi grâce à une bonne nutrition, la vaccination, l’accès à l’assainissement et à l’eau potable… Et tout le monde devrait se donner la main pour ensemble contribuer à réduire la mortalité infantile, surtout lorsque cela est réellement possible.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post