Croix Rouge Malagasy : 750 m² pour 336 tonnes de matériels d’urgence à Ambohimanambola



Jacaranda
Visite guidée de ce grand entrepôt de 750 m² avec le PRM Hery Rajaonarimampianina et toutes les personnalités invitées.
Visite guidée de ce grand entrepôt de 750 m² avec le PRM Hery Rajaonarimampianina et toutes les personnalités invitées.

L’inauguration du nouvel entrepôt de la Croix-Rouge par le président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina, situé à Ambohimanambola, s’est déroulée hier dans une ambiance très protocolaire.

Ce nouveau magasin de pré-positionnement du réseau de la plate-forme d’intervention régionale de l’Océan Indien (PIROI) s’étend sur une superficie de 750 m² pour une capacité de 336 tonnes, comprenant des abris temporaires, des équipements de production d’eau et des matériels de santé, tous utiles en cas de besoin d’extrême urgence pour les personnes sinistrées. Les travaux de cet entrepôt, avec celui de Toamasina (hormis les bureaux), financés par l’Agence Française de Développement, ont coûté 335 865 euros.

PIROI. Le programme PIROI, créé en 2000, est un partenariat entre la Croix-Rouge française, les sociétés nationales Croix-Rouge et Croissant-Rouge du sud-ouest de l’Océan Indien dont les Comores, Madagascar, Seychelles, Maurice et le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) ainsi que la Fédération internationale de la Croix-Rouge (FICR). Développé par la Croix-Rouge française, il s’agit de préparer et de répondre aux catastrophes dans la zone Océan Indien, fortement exposée aux catastrophes naturelles et aux aléas climatiques, bactériologiques et géologiques, entraînant des sinistres au niveau des populations de ces îles. Des réponses efficaces par le renforcement des moyens humains et matériels dans chacun des pays. Car  même si chaque pays a ses propres dispositifs de secours, ils ne réagissent pas de la même manière face aux catastrophes. La PIROI est donc le principal outil d’intervention pour cette région. A ce jour, la PIROI est intervenue 22 fois dans cette région.

Ainsi, afin d’améliorer l’efficacité et la réactivité de ce programme, une partie des moyens de secours a été décentralisée dans les îles sœurs.

Anjara Rasoanaivo

Share This Post