SAMVA : Pour la promotion d’un code d’hygiène



Jacaranda
Rohy Rasoamaromaka, le nouveau Directeur du SAMVA.
Rohy Rasoamaromaka, le nouveau Directeur du SAMVA.

Afin de pouvoir atteindre dans les plus brefs délais les objectifs du nouveau PDS, la nouvelle équipe du SAMVA opte pour la mise en place de mesures strictes afin de lutter contre l’insalubrité dans la capitale.   

Une nouvelle équipe, une nouvelle façon de travailler. Le Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (SAMVA) a effectivement adopté une nouvelle approche afin de sensibiliser les tananariviens à respecter la propreté, et ainsi, de lutter contre l’insalubrité. Dans ce sens, cette branche de la CUA, actuellement dirigée par son nouveau directeur, en la personne de Rohy Rasoamaromaka, est sur le point d’effectuer des rencontres avec les chefs de fokontany des six arrondissements, dont le but est de promouvoir un code municipal d’hygiène. Il s’agit effectivement de solliciter l’implication des fokontany dans cette lutte contre l’insalubrité dans la capitale. Pendant ces descentes, trois idées principales sont à communiquer, à savoir, les heures prévues pour les dépôts d’ordures dans les bacs (seulement entre 17 à 20 heures. Hors de ce délai, le recours aux sanctions ne sera pas à écarter, en fonction des mesures prises par chaque fokontany), le type de déchets à jeter (ordures ménagères uniquement), et enfin, les nouvelles organisations de la CUA quant à l’assainissement de la ville. «Pour que les dépôts sauvages d’ordures d’auparavant ne se reproduisent plus, il faut que tout le monde respecte les règlements qui devront être instaurés, selon les convictions du nouveau PDS, afin qu’il puisse tenir ses engagements. Ainsi, il faut d’abord privilégier l’éducation. L’on sait qu’il ne reste que 15 % de ces dépôts sauvages à l’heure actuelle », poursuit Rohy Rasoamaromaka. En effet, ces descentes sont sur le point d’être accomplies et ce, jusqu’à la fin de cette semaine. A noter qu’il existe 354 bacs à ordures dans les six arrondissements de Tana, dont les contenus (760T d’ordures) sont ramassés tous les jours par 42 camions (6 : CUA et SAMVA, 36 : partenaires). Chacun de ces gros véhicules effectue en moyenne 12 ramassages par jour, surtout les camions multi-bennes.

Arnaud R.

Share This Post