Marine marchande : Le collectif des officiers mis en place



Jacaranda
Les membres fondateurs du collectif des officiers.
Les membres fondateurs du collectif des officiers.

Les officiers de la marine marchande ont décidé de mettre en place leur propre organisation. Le « Collectif des officiers de la marine marchande Malagasy » ou C.O.MAR.MA.  est né au grand port durant le week-end dernier. Une trentaine de commandants de navigation a constitué les membres fondateurs du collectif lors de l’assemblée générale constitutive. Ils ont représenté les centaines des officiers en mer et/ou en terre. Et c’est ainsi que Ravelonarivo Andriamparany et Razafindravefahatra Zoé sont respectivement élus coordinateur national et secrétaire général. D’autres coordonnateurs régionaux, mandataire du coordonnateur national, sont aussi mis en place au niveau des ex-chefs lieu de province. Ceci pour exprimer l’application de la décentralisation du bureau. Au fait, ce collectif des officiers a ambitionné l’amélioration du transport maritime et fluviale. Se sentant expert en la matière, la participation des membres du collectif a envisagé de faire des propositions en la matière. Le collectif se veut de mettre fin aux laisser aller et aux gabegies dans le transport maritime national. Signalons que la marine marchande malgache a perdu de sa verve depuis les années 2000. Les vieux loups des officiers de la marine marchande sont formés en Algérie, Egypte, Le havre, l’ex URSS et à Majunga – Madagascar. Le premier officier de la marine marchande malgache est certifié en 1962. Et c’est ainsi que les officiers du genre ont occupé une place assez importante dans le transport maritime de la zone de l’océan indien jusqu’en 1970. La disparition des gargots long courrier a  défavorisé les sortants de l’école maritime nationale. Le collectif des officiers de la marine marchande malgache est sur le point de remettre sur les rails le statut des gens de mer et tout particulièrement des officiers. Ceci au point de développer le domaine de la marine marchande nationale.

Jean-Claude STEVE

Share This Post