Filatex : Des barrages démantelés par les forces de l’ordre

Et ne restaient plus que décombres après les démolitions qui ont duré presqu’une journée entière.
Et ne restaient plus que décombres après les démolitions qui ont duré presqu’une journée entière.

Encore des maisons démolies. Et les victimes ont construit des barrages sur la RN7.

La scène ressemblait vraiment à celle du parc de Nanisana. Une vraie démolition musclée! Mais cette fois-ci, il parait que c’est le secteur privé qui serait derrière l’affaire. En fait, hier, dans la matinée, une quarantaine de maisons qui serait construite sur un terrain appartenant au groupe Filatex ont été démolies par des engins mécaniques, à Ankadimbahoaka. « Nous n’avons même pas eu le temps de nous préparer. Du coup, en plus du fait que nos maisons ont été subitement démolies, la plupart de nos affaires l’ont été également. Etant dépouillés, où irons-nous maintenant ? », se plaint un père de famille ayant fait partie des victimes. Et pour montrer leur mécontentement, ces dernières ont construit un barrage sur la RN7 qui a été aussitôt démantelé par les éléments de l’Emmoreg. A l’issue de laquelle, des jets de bombe lacrymogène en poudre ont eu lieu pour disperser tous ceux qui ne voulaient pas quitter les lieux. Les démolitions ont fait des centaines de sans abri.

N’ont pu rien faire. En fait, la raison de cette démolition serait que le propriétaire du terrain en question qui serait un karana, après avoir attendu longtemps, veut finalement exploiter son terrain. D’autres sources affirment que celui-ci aurait déjà averti ceux qui ont occupé sa propriété mais ces derniers aurait fait la sourde oreille. Et l’affaire aurait même été déjà portée devant le tribunal, à l’issue duquel, l’étranger serait sorti gagnant. Toutefois, de leur coté, certains des occupants du terrain affirment également être les propriétaires légaux du terrain en question. En tout cas, pour hier, même l’intervention de plusieurs députés issus de certains partis politiques, et celle du député Naivo Raholdina, qui y était présent en tant que président de la commission en charge de l’aménagement du territoire et de la propriété foncière, n’ont pas pu empêcher les bulldozers de détruire les maisons. Ces derniers voulaient effectivement stopper la démolition le temps que les occupants du terrain rassemblent leurs affaires. Mais ils n’ont rien pu faire.

Arnaud R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication