Nouveaux minibus de l’UCTU : Fonctionnels au plus tard dans trois mois

Jacaranda
L’échantillon de nouveaux minibus de l’UCTU, prêt pour les tests.
L’échantillon de nouveaux minibus de l’UCTU, prêt pour les tests.

Les candidats qui veulent utiliser les nouveaux minibus seraient en constante augmentation.        

Pour la deuxième fois, l’échantillon de nouveaux minibus importés par l’Union des Coopératives de Transport urbain (UCTU), a été présenté hier, à Andraharo. Le but a été de donner un peu plus de détails sur le projet. «Nous attendons l’autorisation de la CUA pour la mise en place de la ligne pilote dans laquelle on va les utiliser pour la première fois. C’est après qu’on va procéder à l’importation des 36 autres minibus en provenance de Kenya. Cependant, il faut souligner que nous sommes encore en pleine négociation avec le ministère de tutelle sur la question de détaxation. Ainsi, nous pensons que ces véhicules seront opérationnels au plus tard dans trois mois», a indiqué le président de l’UCTU, Bernardin Andriambinintsolomora, lors d’une conférence de presse hier, au siège de la société Malgamobile Andraharo (représentant de General Motors). En effet, étant sous garantie par General Motors pendant trois ans, ces véhicules de marque Isuzu seraient encore sous traite. Le délai de remboursement s’étale sur sept ans. « La plupart des opérateurs ont emprunté de l’argent aux micro-finances pour pouvoir en disposer. Et bien qu’ils soient un peu chers, nous n’avons aucun regret en les ayant choisis, grâce à leur rentabilité », renchérit le numéro un de l’Uctu. En effet, ces minibus, d’une consommation de 13litres /100km en ville seraient déjà utilisés par la plupart des transporteurs en Afrique, surtout au Kénya, et donnent des résultats plus que satisfaisants. « Ces véhicules ne reculent pas devant tous les types de terrain et ont une durée de vie moyenne de 20 ans ».

Et c’était une occasion pour le premier responsable de l’Uctu de dire qu’une fois que ces nouvelles voitures seront fonctionnelles, les anciens taxis-be de Tana seront orientés vers d’autres tâches. Mais vu que ces nouveaux minibus peuvent accueillir des voyageurs assis et debout, les surcharges sont toujours à craindre, surtout avec la mentalité de certains chauffeurs et receveurs. Ce, malgré les affirmations des responsables qui entendent mettre en place des mesures spéciales visant à contrôler les comportements des équipes de bord.

Modifiables. En tout cas, ce partenariat entre effectivement dans le projet de l’Institut des Métiers de la Ville (IMV) et de la CUA, portant sur l’amélioration de la mobilité urbaine. C’est un projet qui a déjà existé depuis plusieurs années (outre celle de la Transition), mais a été mis en suspens maintes fois. Pour rappel, celui-ci a été créé par l’Uctu en 2013 pour faire face aux hausses sans arrêt du prix du carburant. A cette époque, une délégation composée de transporteurs et quelques représentants des coopératives tananariviennes se sont rendus à Kénya (à l’usine d’assemblage de General Motors), suite à une proposition de ladite société internationale, pour voir de près la construction des véhicules, afin d’en être sûrs de leur robustesse. C’est là que le choix s’est porté vers ces véhicules « modifiables », si besoin est. A noter que tout ce qui est plate-forme, châssis, trains et moteurs proviennent du Japon et sont effectivement assemblés au Kenya, une tâche qui revient à General Motors.

Arnaud R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post